Quand l’hospitalité Qatarie pense épouser la téranga Sénégalaise…par Djily Mbaye Fall

L’industrie touristique, deuxième source de devises au Sénégal après la pèche et qui emploie des milliers de femmes et d’hommes du pays a fini par séduire un géant de taille en la personne morale de Katara Hospitality qui est contrôlé, à travers la filiale Qatari Diar, par le Qatar Investment Authority, fond souverain de l’Emirat pétro-gazier du golfe Arabo-Persique.

En effet, Son Altesse Sheikh Nawaf Bin Jassim Al Thani a annoncé récemment que son groupe ficelle des projets d’investissements au Sénégal, au Nigeria et au Cameroun. Ce qui n’est pas étranger à l’attrait d’investissements provenant du Qatar de la part des autorités diplomatiques sénégalaises jusqu’au plus haut niveau. Rappelons que Doha avait déjà flashé sur Dakar en 2013, ce qui a conduit à l’invitation du Chef de l’Etat au 13 e forum de Doha.

Cette conférence annuelle de Doha est devenue au fil des années un lieu de rencontre incontournable où se croisent un parterre de personnalités parmi lesquelles des souverains, des décideurs économiques, une pléiade d’académiciens, des distingués au prix Nobel de la paix, des sommités intellectuelles, des chefs de gouvernements entre autres, qui viennent discuter et échanger sur la marche du monde. C’est en cette période d’été en mai 2013 que le Président Macky Sall a été choisi comme invité d’honneur du forum devant d’autres Chefs d’Etats africains et des dignitaires occidentaux tels que Sir Gordon Brown ancien Premier Ministre du Royaume-Uni. Ce cycle avait coïncidé avec la semaine de révision technique de l’avion de commandement sénégalais (Pointe Sarène) qui était en maintenance en France. Ne lésinant pas sur les moyens quand il drague, Doha, informé de la non disponibilité de l’appareil présidentiel, dépêcha un avion spécial au service de la délégation sénégalaise. Accueilli chaleureusement sur le tarmac de l’aéroport par S.A Sheikh Hamad Bin Nasser Bin Jassim Al-Thani puis escorté au salon d’honneur et ensuite conduit à Amiri Diiwan où il a eu un tête-à-tête avec le monarque S.A Cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani, le Président Macky Sall a remarqué l’hospitalité légendaire que l’Emir a fait montre à son endroit. Point culminant cette série de marques d’attentions particulières, à la cérémonie d’ouverture du forum, le service du protocole avait réservé au Chef de l’Etat une préséance hautement stratégique. En effet, le président Macky Sall, hôte de marque est installé entre l’Emir Cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani et le Premier Ministre Cheikh Hamad Ben Jassim Al Thani, c’est-à-dire au cœur de l’appareil d’Etat. Un message non subliminal pour ceux qui savent lire entre les lignes, tout un symbole. Ce qui n’a pas manqué de faire des émules. En effet, d’aucuns se demandaient qu’est-ce que le Sénégal a fait pour mériter un tel traitement de la part du Qatar. Lors de cette conférence, où avait pris part des personnalités comme M. François Hollande, le Chef de l’Etat s’est fait aussi remarquer par son allocution qui rompait avec les discours qu’on avait l’habitude d’entendre de la part des Présidents africains. En effet, lors des assemblées internationales, il n’est pas rare d’entendre certains Chefs d’Etats du continent noir, dont le sol et le sous-sol du pays regorgent de minerais des plus recherchés au monde et en tout genre, quémander « sans vergogne, passez-moi l’expression» des assistances financières auprès des pays développés. Changeant de paradigme, le Président Macky Sall en sa qualité de président en exercice du comité d’orientation du NEPAD n’a pas manqué d’être à la hauteur des attentes de ses pairs. Avocat de l’Afrique, il a plaidé en la faveur d’un partenariat public-privé au titre du Programme pour le Développement des Infrastructures en Afrique (PIDA). Cette approche innovante a été saluée vivement et magnifiée par l’Emir du Qatar.

Les propos engagés de Dakar ont redoré le blason de l’Afrique, rehaussé l’image du continent qui, assis sur une mine d’or est perçu comme un « misérable » qui tend la main. En somme, cette allocution a ravivé le cœur de la jeunesse qui pense que l’Afrique a besoin d’une aide pour se passer de l’aide publique au développement. Passant de la parole aux actes, le Président Macky Sall, au lendemain du forum, visite la société Qatari Diar pour faire le marketing du potentiel touristique du continent, accompagné du secteur privé national constitué par le Conseil National des Employeurs du Sénégal (CNES) présidé par M. Mansour Cama, du Conseil National du Patronat (CNP) et d’autres hommes d’affaires tels que M. Baba Diao Itoc, occasion d’un machtmaking B2B afin d’encourager la formation de joints ventures entre businessmens. Qatari Diar dispose d’un capital de 4 milliards de dollars et compte plus de 49 projets en cours de développement ou de planification dans 29 pays avec une valeur combinée de plus de 35 milliards de dollars. La société est spécialisée en aménagement de nouvelles villes, de sites hôteliers et la construction de building haut standing. Le DG de l’Apix M. Mountaga Sy et à l’époque le DG du Fonsis M. Amadou Hott avaient saisi cette opportunité pour présenter le projet de construction d’une nouvelle ville au lac rose (Cyber City), sous l’œil avisé du brillant architecte Pierre Atepa. Voilà plus de six ans après le démarchage du Président Macky Sall, Qatari Diar, via son succursale Katara Hospitality présent dans plus de 12 pays possédant 34 des plus prestigieux palaces au monde dont le Royal-Monceau, l’Intercontinental Carlon Cannes, the Peninsula, le Buddah-Bar pour la France, l’hôtel Schweizerhop Bern, Royal Savoy Lausanne, Burgenstock Resort Lake Lucerne pour la Suisse, annonce des investissements dans trois pays notamment au Sénégal, 10% de l’enveloppe globale de 500 millions d’euros (environ 328 milliards de FCFA) prévue pour son programme en Afrique sub-saharienne. Même si ces projets sont, aussi bien pour les trois pays, au due-diligence process (étude de faisabilité, de l’impact environnemental, de la fiscalité etc…), la situation sécuritaire pas enviable du Cameroun, marquée par une tentative de sécession des régions anglophones ainsi que la militarisation de groupuscules au Nigeria, amplifient de manière substantielle le risque d’un investissement lourd dans ces deux pays malheureusement. Là où le Sénégal, disposant plus de 220 km de côtes, situé géographiquement face à l’océan atlantique et plus important sa stabilité sont des éléments qui militent favorablement à l’accueil de projets d’investissements majeurs. Une conjugaison de facteurs incitatifs qui vient s’ajouter au fait que le Sénégal ait été élu dernièrement au conseil exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) pour la période 2019-2023 et désigné membre du Comité du Tourisme et de la Compétitivité, organe subsidiaire du même conseil exécutif. Ce cocktail, associé à l’organisation des jeux olympiques de la jeunesse prévue au Sénégal et qui se profile, étant la première que le continent noir va abriter, devrait inciter les autorités sénégalaises, après l’annonce retentissante de Katara Hospitality, de dépêcher une mission économique à Doha dirigée conjointement par le Ministre du sport et celui en charge du tourisme afin de fertiliser cet axe de coopération au bénéfice de nos deux nations sœurs, animées conjointement par la volonté de jeter les bases d’une relation sectorielle féconde dont toute une génération au moins jouira des retombées.

Par Djily Mbaye FALL, Diplomatic Analyst, specialist of Qatar Directeur du think tank: Observatoire de la Coopération Sénégalo-Qatarie rattaché à l’Académie Diplomatique Africaine. Chief consultant at Africa-Qatar Strategies Office

Président de l’association « Cercle d’Amitié Sénégalo-Qatari »