Ultimate magazine theme for WordPress.

Rewmi et le PDS dégringolent…voici les nouveaux patrons de l’opposition

0

Les résultats continuent de tomber après le scrutin du dimanche 23 Janvier 2022. La coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi a créé la surprise lors des élections Locales. La bande à Khalifa Sall a réussi à laisser ses empreintes dans le landerneau politique. Mais la mouvance présidentielle est loin d’avoir dit son dernier mot. Ces deux coalitions se partagent la majorité des sièges au niveau des départements et communes. Mais ces élections ont permis de redessiner une nouvelle reconfiguration politique. Deux grands mastodontes de l’histoire politique sénégalaise viennent de perdre leur lustre d’antan au moment où une nouvelle « race » de politiques se rapproche du pouvoir.

La coalition Yewwi Askan Wi est en train de changer le visage de la politique sénégalaise. Khalifa Sall et Cie ont réussi un exploit. Personne ne pensait que leur candidat de YAW à Dakar pouvait tenir tête à la machine de guerre Benno Bokk Yakaar. Et pourtant Barthélemy Dias a laminé Abdoulaye Diouf Sarr avec tous les milliards que le ministre de la santé et de l’action sociale a dépensé dans sa campagne. Ces victoires de YAW dans les communes propulsent cette coalition hétéroclite au sommet. Dans le même sillage, elles ont coulé le peu qui restait du parti démocratique sénégalais (PDS) et le Rewmi d’Idrissa Seck.

Ces élections viennent de démontrer qu’il ne reste plus rien du PDS. Depuis que Me Abdoulaye Wade a remis ce mythique parti entre les mains de Karim Wade, il ne cesse de dégringoler. Le peu de pouvoir et d’influence que détenait ce parti est mort avec les Locales. L’ancien ministre du ciel et de la terre a réussi à éjecter tous les grands cadres de ce parti. Omar Sarr et Babacar Gaye sont les derniers à avoir quitté le navire jaune-bleu. Il ne restait plus que Doudou Wade pour guider les membres de la grande coalition Wallu Sénégal. Mais à cause des manœuvres de Karim, elle n’a pas su briller.

Pour preuve, l’opposant Doudou Wade n’a pas réussi à s’imposer à Dakar. Il ne fait même pas partie des trois premiers candidats pour la mairie de la capitale sénégalaise. Si Wade était toujours dans la course, les tendances auraient étaient autres. Mais avec Karim, le PDS n’est pas prêt à émerger. S’il n’avait pas bloqué son cousin, comme le révélait Xibaaru, il aurait peut-être pu avoir la chance de ramener le parti dans la course. Malheureusement il n’a pas réussi cette prouesse. Yewwi Askan Wi est devenu le maillon fort de l’opposition.

Le PDS n’est pas le seul parti d’opposition noyé dans ses élections, Rewmi a aussi démontré qu’il ne vaut plus rien. Idrissa Seck qui a trahi l’opposition pour le pouvoir, s’est fait laminer dans son bastion imprenable, Thiès. Cette défaite de l’ancien homme fort de la cité du rail a prouvé qu’il ne vaut plus rien. Mais aussi que son parti ne pèse plus rien. Dethie Fall était l’homme chargé de faire briller Rewmi à l’Assemblée avant qu’il ne quitte le navire quand son mentor a rejoint le « Mburok Soow ». Cette traîtrise et la descente du PDS profite bien à Sonko et ses acolytes.

Désormais plus rien n’empêche l’opposant radical Ousmane Sonko et sa bande de s’affirmer comme les seuls opposants qui sont capables de faire face au régime de Macky Sall. Yewwi Askan Wi a bousculé tous les grands partis connus par le Sénégal. Reste désormais à savoir si cette coalition réussira à vivre aussi longtemps que Benno Bokk Yakaar. Les ambitions pour la présidentielle de 2024 ont été déjà annoncées par certains leaders de cette coalition. Khalifa Sall s’est déjà prononcé sur 2024 et fera face à Macky et un certain…Ousmane Sonko

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire