Sachons raison garder avec la Religion des autres…par Aliou Ngom

Ces jours-ci l’une des polémiques qui secoue le pays est sans doute celui de l’interdiction du port de la voile au collège Jeanne D’arc de Dakar. Une situation qui a mis plus d’un dans une colère noire, des parents d’élèves au simple citoyen lambda en passant par les organisations islamiques du pays.

Mais l’on devrait savoir raison garder dans ces genres de situation. Et se poser la question à savoir pourquoi des parents s’entêtent à mettre leurs enfants dans des instituts qui ne respectent pas leur appartenance religieuse ? Et pourquoi une école interdirait le port du voile à des élèves dans un pays à majorité musulmane ?

Il serait égoïste de condamner une école qui a clairement défini son règlement intérieur à l’instar de tous les établissements d’enseignement de ce pays et de laisser ses parents qui au préalable avaient connaissance dudit règlement mais qui ont cas même entamer un bras de fer avec l’institution. Un problème qui peut être résolu de la manière la plus simple que les parents retirent leurs enfants et que l’institut en elle-même respecte la croyance et la pratique des autres car le maitre mot du christianisme est la tolérance.

Il faut oser le dire aucune école musulmane, Daara ou Franco-Arabe n’accepterai de voir en son sein des filles non voilées. Alors pour cette simple et bonne raison nous devrions essayer de nous mettre dans la peau de l’institut et appliquer le principe de la tolérance et la compréhension.

Par contre l’institut Jeanne D’Arc et tout autre Institut de ce pays devrait respecter le principe de la laïcité incarné par la Constitution sénégalaise et laissé à tout le monde le libre choix de vivre et de pratiquer sa religion sans contrainte comme c’est demandé dans le Coran et la Bible

La Bible nous dit « tu aimeras ton prochain comme toi » une expression que les sénégalais ont bien compris car notre pays est le modèle type du dialogue islamo-chrétien dans le monde. Le peuple sénégalais ne devrait jamais accepter qu’une tierce minorité viennent déstabiliser ce que nos anciens se sont battus à construire depuis belle lurette.