Sandaga fermé dès ce samedi avant démolition

L’Etat du Sénégal est résolument engagé à reconstruire le marché Sandaga. Le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, a annoncé que le marché sera fermé dès ce samedi 10 août. Les commerçants sont invités à quitter les lieux.
Malgré le refus des commerçants, le Gouvernement ne compte ni reculer ni repousser la destruction du marché Sandaga. Au contraire, les choses vont s’accélérer. Invité du journal télévisé de 20 heures de la Rts, hier, le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique a fait savoir que le marché sera fermé dès ce samedi 10 août. «La date de fermeture du marché est programmée pour ce samedi, tous les commerçants devront quitter. Ensuite, nous retiendrons la date dans la semaine qui suit pour démolir le marché, parce que c’est un projet de reconstruction. Ce marché nous est cher, mais il nous faut le démolir pour le reconstruire et le moderniser», confie Abdou Karim Fofana. Qui signale qu’il n’y a pas d’autre option pour ce bâtiment, qui est un patrimoine classé.
Pour le ministre, il n’est plus acceptable qu’à Dakar, on fasse de nouveaux projets urbains d’occupation de l’espace public avec des cantines. Abdou Karim Fofana estime qu’il est de leur devoir d’assumer la responsabilité préventive de l’Etat. «Le problème de Sandaga, c’est un problème de sécurité publique. Nous ne pouvons pas faire face à un attentisme coupable de l’Etat. Le problème, ce n’est pas est-ce que ça va s’effondrer ou pas, mais quand ça va s’effondrer. Tous les rapports de la protection civile disent que les installations électriques sont dangereuses, que le bâtiment se fissure de jour en jour. C’est à nous de mettre en œuvre la responsabilité préventive de l’Etat et nous ne transigerons pas là-dessus», prévient le ministre.
Quant aux 208 commerçants qui étaient installés autour du marché et qui réclament un délai supplémentaire, le ministre leur rappelle que cela fait 6 ans que Sandaga a brûlé et qu’il ne faut pas attendre qu’un autre drame se produise pour lever le doigt.

Selon le ministre les commerçants vont être reçus pour s’organiser «Nous recevrons encore les commerçants pour voir les modalités et facilitations possibles, parce que nous ne sommes pas là pour leur arracher le pain de la bouche. Mais il nous faut organiser cela et assumer la responsabilité préventive de l’Etat».