Sénégal…Ces activistes qui font oublier l’opposition

Défense des citoyens : L’opposition déserte les rangs, les activistes se mettent en marche

Au Sénégal, le terrain des contestations est déserté depuis belle lurette par l’opposition. Ce terrain est aujourd’hui occupé par les activistes et autres associations de la société civile qui prennent la défense des citoyens face au pouvoir. L’opposition sénégalaise devrait avoir honte pour avoir déserté le champ des contestations cédant ainsi le terrain aux activistes et associations de défense des citoyens.

Partout où il se dit que des citoyens sont lésés dans leurs droits, c’est Guy-Marius Sagna que l’on voit se lever pour se mettre à leurs côtés, tenter de les organiser pour ls amener à manifester. Un rôle d’avant-gardiste que devait jouer l’opposition. Face à la torture, contre la hausse abusive des tarifs par les opérateurs de téléphonie, c’est soit Guy-Marius Sagna, soit le mouvement Y’en a marre ou encore Karim Xrum Xaax que l’on voit descendre sur le terrain pour prendre la défense des citoyens.

Il y a aussi de l’autre côté Seybani Sougou, qui met à nu, à chaque fois de besoin, toutes les tares des autorités judiciaires face à l’indépendance de la justice. A chaque qu’il voit que le droit est bafoué quelque part, Seybani Sougou prend le contrepied des autorités pour éclairer l’opinion sur la question. Par ses contributions, il recadre les imperfections du ministère de la Justice.

Au Sénégal, les activistes et autres associations de défense des citoyens sont en roue libre face à la défaillance criarde de l’opposition. L’illustration, la plus parfaite est la manifestation qu’organisent ce samedi après-midi, Guy-Marius Sagna et ses camarades. Avec la plateforme ‘’Doyna Seuk’’ qu’ils ont mise sur pied, et qui regroupe vingt associations de défense des citoyens, Guy-Marius Sagna et compagnie entendent manifester pour réclamer l’arrêt des spoliations foncières partout au Sénégal ainsi que la restitution des terres aux paysans, pasteurs ayants droit, le dédommagement des victimes des démolitions à Gadaye, le relogement des déguerpis de Claudel et de Termes Sud par l’armée, le recrutement dans la transparence au sein de la fonction publique, d’animateurs culturels, préparateurs en pharmacie, etc.

Des combats qui en principe devaient être portés par l’opposition qui a choisi de déserter le terrain de la contestation. Voilà pourquoi, elle se trouve en perte de vitesse ou comme dirait-on, atteinte par la covid du silence. Les Sénégalais, aujourd’hui, partout où ils se disent lésés, préfèrent d’ailleurs faire recours à Guy-Marius Sagna, car étant sûrs, que ce dernier portera leur combat.

La rédaction de Xibaaru