Ultimate magazine theme for WordPress.

SENEGAL : Un modèle de société où l’Etat asphyxie les populations. (Ibrahima Diouf dit Gaye Gaye)

0

Il y a longtemps que le Sénégal serait devenu le pays le plus émergent du monde, si l’émergence dépendait uniquement de la générosité de ses présidents. Seule une économie en état de marché peut être source d’émergence.

Les ministres n’ont plus le pouvoir de boucher les trous et combler les déficits. Si les déficits continuent à s’accumuler, les sénégalais vont devoir en payer les prix, à travers de nouvelles taxes plus ou moins déguisées par le gouvernement.

Mais l’Etat ne peut exister qu’en prélevant sur les richesses des agents économiques, c’est-à-dire les gros consommateurs et producteurs. D’une manière ou d’une autre, l’Etat en est réduit à demander de l’argent à ceux qui ne veulent pas en donner (les sénégalais sont au bord de l’asphyxie). C’est pour cela qu’il s’échine à inventer de nouveaux prélèvements, si possibles indolores et opaques. Attendons nous à voir l’Etat accentuer la pression fiscale, en instaurant des types d’impôts indolores, à l’instar de l’impôt indirect (TVA).

Un prélèvement indolore qui consiste à endormir un mal par anesthésie et qui se transforme en une douleur fatale, une fois le reveil efectué.

Des politiques mal orientées ont le pouvoir de briser l’économie d’un pays. De nombreux peuples ont payé le prix de ces politiques de tâtonnements, d’une vision erronée. Le cas du Sénégal qui nous intéresse, est basée sur une réalité où, la vie quotidienne a pris le dessus sur les « chiffres » de la croissance. Cette croissance, pas du tout inclusive, car incapable de booster l’emploi et de hausser le bien être des sénégalais, n’est que saupoudrage.

C’est encore l’Etat qui prétend corriger les imperfections du système en adoptant encore des mesures alors qu’il ne parvient pas à réformer ses propres défaillances ou à contrôler sa propre gestion criblée de scandales financiers.

Face à la progression croissante du chômage et à la multiplication des plans sociaux (bourses sociales, CMU, carte d’égalité des chances, …..), le gouvernement sénégalais semble être résigné à un traitement social du chômage, poursuivant ainsi une politique mise en œuvre depuis maintenant plus de trente ans. Malgré l’alternance, au fond impossible au Sénégal, c’est cette politique qui est poursuivie aujourd’hui avec la même constance alors même qu’elle n’a jamais pu ramener durablement notre taux de chômage en dessous de la barre symbolique (mais déjà trop élevée) des 50%. A Guédiawaye d’où je suis natif, la situation des jeunes est plus  que chaotique. A part vendre du café Touba, chanter les louanges des politiciens, c’est le néant. Dieu sait que cette ville regorge de jeunes diplômés, mais pour cause de l’absence de bonnes politiques d’emploi et de volonté des gouvernants, le chômage a fini par gagner plus de 65% des jeunes.

La dégradation de la situation économique de notre pays a d’abord des causes internes, diagnostiquées depuis longtemps, notamment par l’économiste El Hadj Mounirou Ndiaye qui a fait la revue de l’histoire économique du pays et a également fait focus sur l’endettement du Sénégal et les mauvaises politiques économiques de nos gouvernants.

A défaut de traitement économique, on fait du traitement social, confondant encore la cause avec l’effet. Car le social n’entraine pas l’économique : c’est la bonne santé de l’économie qui permet de nourrir les avancées sociales.

Notre pays s’offre un Etat dont le train de vie met en cause la capacité de croissance (le taux de 7% est faible par rapport les milliards dépensés depuis 2012), puisque le rythme de croissance des dépenses publiques est structurellement supérieur au rythme de croissance de notre production intérieure de richesse. On veut rouler en Ferrari mais on ne peut pas payer le carburant et l’assurance.

Et quand on ne gère pas bien le pays dans une période relativement bénie, comment peut-on passer tranquillement le cap quand les nuages s’amoncellent et que la tempête gronde ?

Devant cette situation intenable, de confusion sociale générale, qui mine le climat social de tout le pays, le gouvernement n’a plus que deux attitudes possibles. Soit il prolonge le malentendu pour ne pas dire le mensonge. Soit il prend enfin la voie du courage politique et dire la vérité à la population.

Nos dirigeants devraient s’assurer de ne plus scier la branche déjà bien fragile sur laquelle ils sont tranquillement assis, et en plongeant dans la faillite générale des peuples réduits au rang de masses assistées. Dans ce pays, à l’heure actuelle, tout le monde tend la main. On ne peut plus faire 100 mètres sans être interpellé pour une demande d’aide. Quand on arrive à peine à survivre, comment peut-on donner de l’aumône ?

Au nom d’une année décrétée sociale, notre modèle de société en vient à produire des individus qui attendent tout des autres (l’Etat).

 

IBRAHIMA DIOUF dit GAYE GAYE

Economiste-Statisticien

Ibou198@yahoo.fr 

laissez un commentaire