Sonko avoue tout enfin…Il ne possède aucune preuve

Le mardi 16 octobre 2018, le député et président du parti Pastef (Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité), Ousmane Sonko, accusait l’ancien directeur des Domaines du Sénégal, Mamour Diallo, d’avoir détourné 94 milliards de francs Cfa dans le cadre d’une affaire foncière. Et ce jour-là, Sonko était tellement sûr de lui qu’il a traité Mamour Diallo de récidiviste : « Il n’est pas à son coup d’essai car il a été épinglé par d’autres rapports, notamment par l’IGE et la Cour des comptes. J’ai saisi tous les organes de contrôle, mais il n’y a que l’Ofnac qui a réagi. Or, cela est un crime économique ».

Et depuis lors, Sonko a toujours annoncé des preuves sans pour autant les brandir. Il porte plainte sans preuves chez le juge d’instruction. Il multiplie les conférences de presse pour « salir » Mamour Diallo dont la famille politique s’accapare du dossier…Et le dossier passe de la presse à l’Assemblée nationale qui se charge de faire une enquête parlementaire.

C’est alors que Sonko change de discours et se met en position de…victime : « on veut m’empêcher d’être candidat en 2024 ».

Mais si Sonko est si sûr des preuves qu’il détient alors il ne doit rien craindre. Mais détient-il réellement ces preuves ? Son alerte au complot sonne comme un aveu d’absence de preuves contre Mamour Diallo. Il est pris au piège et sent l’étau se serrer autour de sa personne. Dos au mur, il change de fusil d’épaule pour se muer en…future victime d’un complot imaginaire.

Et cette stratégie employée par Sonko n’est pas passée inaperçue ; pour Moustapha Diakhaté « Ce que le Sénégal attend de Ousmane Sonko, c’est des preuves irréfutables, lorsqu’il fera face à Mamour Diallo devant les tribunaux et non de se retrancher derrière une stratégie victimaire du complot pour l’empêcher de se présenter à des élections ».

A l’instar de Moustapha Diakhaté, Fossar Souané, Président du conseil d’orientation du PROMISE (Programme de Promotion de la Microfinance Islamique au Sénégal) traite carrément Sonko de menteur : « lorsqu’on passe son temps à inventer et mentir, c’est normal d’avoir peur des conséquences et d’essayer de se victimiser. »

La Rédaction de xibaaru