Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko brise la défense de Macky qui résiste…Des dégâts et des morts

Ousmane Sonko (à gauche) défie Macky Sall (à droite)
2

S’il y a deux adversaires qui ne feront jamais la paix, c’est bien le Président Macky Sall et Ousmane Sonko. Le leader du parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) est loin de faire une trêve avec le camp du chef de l’Etat. Et le locataire du Palais voit en Sonko son pire adversaire. Leur adversité n’est pas sans conséquence. La bataille entre ces deux frères ennemis vire au drame au Sénégal. Elle a déjà fait trop de morts…

sonkoLa vie humaine a perdu toute sa sacralité au Sénégal. On tue impunément en silence. Depuis 2021 à nos jours, une vingtaine de personnes ont perdu la vie dans le combat qui oppose Ousmane Sonko et Macky Sall. En mars 2021, ce sont quatorze personnes qui sont tombées lors des violentes manifestations nées de l’appel à l’insurrection du leader de Pastef. Accusé de viol, il avait poussé ses inconditionnels à défier les forces de défense et de sécurité à travers tout le territoire national

Il a fallu l’intervention des khalifes généraux pour décanter la situation. Plus d’un an après, ces quatorze jeunes sont morts en toute indifférence. Le gouvernement, à travers son ministre de la justice de l’époque, Sidiki Kaba, avait promis qu’une enquête allait être ouverte pour déterminer les responsabilités. De quoi permettre aux familles de faire leur deuil. Malheureusement ce ne sont que des paroles en l’air. Cette affaire est toujours au point mort. D’ailleurs, les organisations des droits de l’homme demandent toujours des comptes.

Comme si ces morts ne suffisaient pas, de nouvelles manifestations à l’appel de l’opposition ont coûté la vie à trois personnes. Albert Diatta, Idrissa Goudiaby et une autre personne carbonisée le 17 juin 2022 sont venus étoffer cette liste macabre qui ne cesse de s’accroître à treize mois de la présidentielle de 2024. Arrêté à l’issue de cette manifestation, François Mancabou perdra la vie quelques jours après son arrestation. Sa famille accuse les forces de sécurité de l’avoir torturé à mort.

Et aujourd’hui c’est un adjudant-chef de la gendarmerie qui s’ajoute à cette liste. Le point commun de toutes ces personnes décédées, c’est qu’elles sont liées directement ou indirectement à…Ousmane sonko. Le maire de Ziguinchor est prêt à marcher sur des cadavres pour arriver à déboulonner le chef de l’Etat. Et malgré les morts qui jonchent les rues, le maire de Ziguinchor qui s’est fait président avant la présidentielle, ne veut pas rater cette occasion qui a échappé à Idrissa Seck, Khalifa Sall et Karim Wade….

sonko
Ousmane Sonko reçu par le Khalife Général des Mourides

Lors de la visite de Sonko à Touba après les événements de mars 2021, Serigne Mountakha Mbacké avait rappelé au patriote en chef la sacralité de la vie. Mais il n’a pas retenu la leçon. Alors il devrait se rappeler les paroles du Saint homme. Mais le locataire du Palais doit se mettre en tête que les forces de défense et de sécurité ne sont pas une petite armée qu’il peut utiliser pour mater les sénégalais.

La seule manière d’éviter au Sénégal de sombrer dans la violence serait de faire renoncer à Macky Sall son troisième mandat. Mais aussi dire à Ousmane Sonko de cesser d’être celui qui met le feu aux poudres. L’extrémisme de Pastef est un véritable danger pour la stabilité du pays. Il urge de situer les responsabilités et de traquer ces tueurs silencieux.

Les petits plaisirs de deux leaders, Macky et Sonko, ne doivent plus coûter la vie à des innocents. Tous ces politiciens qui s’agitent, doivent se mettre en tête qu’aucun d’entre eux n’accédera au pouvoir par la force de la rue. Le Sénégal n’est pas un Etat policier dans lequel une tierce personne peut tuer impunément. Toutes les personnes derrière ces tueries doivent être identifiées car il y’a eu trop de morts suspectes non résolues au Sénégal.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)