Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko, le politicien de la violence…le Palais ou le chaos

0

Sonko continue d’utiliser son arme principale…la violence malgré l’appel des Khalifes

S’il y a un opposant qui a un véritable problème de communication c’est bien Ousmane Sonko. Le leader du parti des Patriotes pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (Pastef) est le plus mauvais communicant des politiciens de ce pays. Le député accusé de viol présumé n’a que le mot violence à la bouche. Et chaque jour qui nous rapproche de 2024, il montre son vrai visage. Désormais, le candidat à la mairie de Ziguinchor ne recule devant rien. Même les conseils des Khalifes généraux de ce pays sont foulés aux pieds par Sonko et ses partisans. Une image qui n’honore pas une personne qui aspire à diriger ce pays.

Les sénégalais sont unanimes : « Ousmane Sonko a commis une bourde », dimanche passé. En marge de la cérémonie d’investiture du candidat de la coalition Yewwi Askan Wi à Dakar, Barthélemy Dias, il avait dit, à qui voulait l’entendre, qu’il ne signerait pas de charte de non-violence. « Certains ont pris l’initiative, en prélude des élections locales, de faire signer aux candidats une charte pour la non-violence. En ce qui me concerne, moi Ousmane Sonko, je ne signerai aucune charte de non-violence » disait-il.

Et selon lui, « toute la violence vient d’un seul côté.  On ne voit jamais l’opposition attaquer. C’est toujours les mêmes qui attaquent et se cachent derrière les forces de l’ordre et de sécurité. Il ne faut pas se laisser faire car il y a certaine tolérance qui, à la longue, devient de l’hypocrisie », rajoute-t-il.

Une véritable erreur de communication. Après les quatorze morts du mois de mars, Ousmane Sonko continue dans sa logique de bruler ce pays. Il n’a que le mot résistance sur la bouche. Voilà un homme politique qui n’a qu’un seul argument politique : la violence. Avec le leader de Pastef, « c’est moi au Palais ou je brule le pays ». Il n’y a pas d’autres explications à ses paroles de Sonko. Même si la violence vient du pouvoir, en tant que « référence » pour les jeunes, il se devait d’être le premier à prôner des valeurs démocratiques et républicaines.

Mais malheureusement, il peine à gagner en maturité politique. Sa fougue de jeunesse est son plus grand ennemi et elle le mènera tout droit vers les bas-fonds. En tant que responsable, il aurait dû attendre que le Khalife de Médina Baye rentre à Kaolack pour tenir de tels propos. Cheikh Mahi Niasse, à Dakar depuis jeudi, avait invité les hommes politiques à bannir la violence pour ces prochaines élections.

« Le Sénégal (…) nous appartient. C’est le devoir de chacun de le préserver en bannissant toutes les formes de violence, d’où qu’elles viennent, et en cultivant (…) la tolérance, la paix et le travail bien fait, pour le développement de ce pays », déclarait le saint homme. Mais Ousmane Sonko n’a pas entendu ce message. Sinon il n’aurait jamais tenu des propos aussi irresponsables pour un grand leader politique.

Cela prouve encore que Sonko n’est pas conseillé ou il ne consulte pas ses camarades de parti avant de faire des déclarations. Pour quelqu’un qui veut être le successeur de Macky Sall, le leader de Pastef devrait se méfier de ses déclarations de va-t-en-guerre. Depuis les douloureux évènements du mois de mars, il perd des alliés à cause de ces discours guerriers.

Sonko qui fait le brave devant ses militants avait détalé comme un lapin, lors de la manif du 10 novembre pour aller se cacher dans un garage où les policiers sont allés le cueillir comme un vulgaire petit voyou. Alors pour la stabilité de ce pays, le présumé bourreau d’Adji Sarr devrait avoir un discours beaucoup plus fédérateur.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire