Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko, l’opposant qui se croit…intouchable et invincible

Ousmane Sonko leader du parti les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef)
1

Les émeutes des 3, 4 et 5 mars sur l’étendue du territoire nationale et dans la diaspora, ont consacré la puissance de l’opposant Ousmane Sonko au point qu’il menace le régime du président Macky Sall d’une seconde vague plus meurtrière. Le leader du parti les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) se sent pousser des ailes. A travers ses dires, ses menaces et son comportement, Ousmane Sonko se sent intouchable, invincible et non justiciable…

La convocation et la garde à vue de l’ex député Ousmane Sonko, président du parti Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) pour des accusations de viols répétitifs sur une employée d’un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser, allait mettre le pays à feu et à sang puisque 12 personnes, principalement des jeunes, allaient perdre la vie. Et pour Ousmane Sonko, c’était une victoire, sa victoire sur le pouvoir puisqu’il n’hésitera pas, lors de la conférence de presse après sa garde à vue, de menacer d’une seconde vague plus dévastatrice.

Et depuis lors, Ousmane Sonko bombe le torse. Il sait que le régime se méfie de lui. Les observateurs ont peur de le critiquer, les journalistes prennent des pincettes pour évoquer le cas Sonko et les politiciens s’emmurent dans le silence. Tous redoutent les attaques sur les réseaux sociaux, les menaces et agressions physiques. Des avocats et politiciens ont vu leurs maisons attaquer. Des organes de presse ont vu leur rédaction sens dessus dessous. Sonko et ses patriotes ont installé la terreur partout.

L’homme se sent invincible et intouchable. Il se croit tout permis. Il lance des invectives au gouvernement et qualifie le président Macky de peureux. Sa dernière sortie le prouve quand il dit que « rien ne pourra l’empêcher d’être candidat en 2024 » défiant ainsi la justice sur l’issue de son procès pour viols répétitifs. Sonko ne veut rien entendre car il se croit au-dessus des lois. Il nargue le président, rejette la justice et discrédite l’administration. Et sonko le fait car il a une arme de taille : des chairs à canon.

Ils sont nombreux ces jeunes qui sont prêts à mourir pour Sonko. Et Sonko les utilisent comme des boucliers dans son combat contre Macky Sall. Pour ne pas répondre à la Justice, il a utilisé les jeunes dans la rue et cela é été sanglant. Sans remords, il évoque une seconde vague. C’est dire que le leader de Pastef n’en a cure si des jeunes meurent comme des mouches. Tout ce qu’il veut, c’est accéder au pouvoir par la rue car il sait que par les urnes, il ne sera jamais président de la République.

Pour l’ancien commissaire de police, Cheikhna Keïta, « Ousmane Sonko ne cherche qu’à accéder au pouvoir en poussant les jeunes à descendre dans les rues ». Pour l’ex flic, « le seul moyen de l’arrêter est donc de lui faire face ». Et le président Macky lui-même de lancer à l’endroit des « chairs à canon de Sonko : « Il ne faut pas qu’on croit, un seul instant, que l’Etat est faible. Ce serait une grave erreur…Il y a des limites que tout le monde doit respecter… »

La Rédaction de xibaaru

Afficher les commentaires (1)