Sonko ressuscite tous les cadavres politiques…

L'affaire du leader du Pastef attire les recalés politiques sur le devant de la scène

Renaissance des morts politiques

C’est comme si l’affaire de mœurs impliquant Ousmane Sonko cachait certains intérêts. Ousmane Sonko, la tête de file du parti Pastef (Patriote du Sénégal pour le travail, l’Ethique et la Fraternité) va ressusciter tous les morts politiques. Tous ceux qui n’avaient pas eu la chance d’émerger sur le terrain politique vont pouvoir renaître des cendres politiques de Ousmane Sonko. En gros, pour avoir la côte, il faut défendre Ousmane Sonko, les yeux fermés. Et, c’est ce qu’ont compris tous les outsiders, les tocards en politique.

Tenez, et ne rigolez surtout pas ! Aujourd’hui, on a vu Clédor Sène (vous n’avez surtout pas la berlue) appeler à la résistance politique sous le label de la Coalition citoyenne « Le Peuple ». Ensuite on a suivi le retour sur la scène politique du leader de Bëss Du Ñakk, Mansour Sy Djamil qui appelle les chefs religieux à apporter leur soutien à Sonko…Des minimes politiques qui veulent renaître. Voilà, des minimes politiques qui veulent renaître de leurs cendres.

Clédor Sène, voilà quelqu’un qui devrait se taire et se cacher loin des yeux de tous les Sénégalais. Clédor Sène est un homme impliqué dans l’une des affaires les plus sombres et les plus sinistres de l’histoire politique du Sénégal. Clédor Sène est cité comme étant le principal exécutant dans le meurtre de l’ancien vice-Président du Conseil constitutionnel, le juge Me Babacar Sèye qui avait été exécuté lâchement et froidement en 1993. Le peuple sénégalais garde toujours en mémoire cette sinistre affaire. Jugé et condamné dans cette affaire, Clédor Sène doit sa sortie en prison, grâce à une loi d’amnistie votée sous le régime du Président de la République Me Abdoulaye Wade.

Clédor Sène doit avoir honte de regarder aujourd’hui les Sénégalais, les yeux dans les yeux. Clédor Sène s’est toujours joué des Sénégalais en refusant de dire toute la vérité dans ce qui s’est réellement passé sur l’affaire de l’assassinat de Me Babacar Sèye. Au lieu de se taire, voilà cet homme qui cherche à se distinguer sur la scène politique. Nom de Dieu ! Où sommes-nous ?

Et à côté de Clédor Sène, leader du mouvement « Clair vision Guindi Askan », on pouvait voir l’insulteur public numéro 1, Assane Diouf, Abdoul Karim Guèye alias Xrum Xak du mouvement « Nittu Deug valeur » et El hadji Mansour Mboup du mouvement « Jeunesse au Pouvoir »…Des cas sociaux devenus subitement « activistes ».

Quant à Mansour Sy Djamil, il s’était distingué par son long silence. Sans doute, n’avait-il plus rien à dire. Voilà quoi ? L’affaire Ousmane Sonko, puisque c’est ce qui permet à tous les hommes politiques de se faire remarquer, lui offre une excellente occasion de se signaler au peuple. Ce qui est curieux, c’est que tous courent à la défense de Ousmane Sonko en oubliant d’apporter des arguments solides.

Tous émettent uniquement la thèse que c’est un complot de l’Etat. Une honte ! Ils ont été sur les lieux au moment des faits, et donc deviennent des témoins, ou alors, ce sont des enquêteurs qui ont connaissance du dossier dans lequel Ousmane Sonko est impliqué. De Clédor Sène, compte tenu de son passé sombre, on peut s’y attendre, mais de Mansour Sy Djamil, tout de même !

La rédaction de Xibaaru