Ultimate magazine theme for WordPress.

Trois journalistes « payés » pour détruire un ministre…tombent

De g à dr : Aïssatou Diop Fall, Pape Djibril Fall et Bacary Domingo Mané
0

Malheur de nous autres Sénégalais ! Le pays marche à l’envers, et le père de la Nation, feu Léopold Sédar Senghor même là où il se trouve à l’intérieur de sa tombe ne mérite vraiment pas qu’un tel spectacle lui tombe. Léopold Sédar Senghor n’était pas seulement ce littéraire, ce grammairien, cet homme de la culture qui avait fini par mettre tout le monde d’accord sur sa grande immensité intellectuelle. Ce qui lui a valu toute cette reconnaissance à l’Académie française. Léopold Sédar Senghor avait réussi également à démontrer à tout le monde que grâce à la réussite intellectuelle, on pouvait être un homme raffiné avec le goût du culinaire et du port vestimentaire.

Du port vestimentaire ! Voilà de quoi, nous voulons parler ! Le Sénégal est un pays, où faute d’arguments, mais parce qu’il faut toujours chercher la critique, la faute à coller à l’adversaire, on peut se permettre de débiter n’importe quelle sorte d’âneries. Antoine Félix Diome se doit de boucher les oreilles, tant celles-ci bourdonnent, à force d’entendre toutes les insanités jetées contre lui.

Antoine Félix Diome a eu le courage de descendre sur le terrain au moment où tout le monde attendait des autorités de l’Etat qu’elles se rendent auprès des populations de la banlieue, très remontées contre les inondations qui les frappaient de plein fouet. Malgré tous les risques qu’il encourrait d’être hué, de subir les courroux des populations, Antoine Félix Diome a au moins accepté de suivre les instructions du Président de la République Macky Sall pour se rendre sur les lieux du drame.

Quel discours, il a eu à tenir alors devant les populations sinistrées pour apporter les solutions de l’Etat ? Voilà que des journalistes toujours aptes à surveiller leurs arrières, surtout quand il s’agit de monter des opérations de charme en direction de l’opposition, se mettent à porter des combats d’arrière-garde. Antoine Félix Diome n’est point attaqué par rapport à son discours porté à l’endroit des populations et les mesures préconisées par l’Etat pour sortir définitivement de cette situation. Au contraire, ce sont des journalistes réputés porter des combats d’arrière-garde qui sont mis en service pour s’en prendre à lui. Que n’a-t-on entendu ? Et c’est là où cela frise le ridicule.

Des journalistes aux services de forces obscurantistes n’osant décortiquer le discours porté par le ministre de l’Intérieur, s’en vont jusqu’à se rendre ridicules en orientant le débat ailleurs. Ne soyez surtout pas tristes, si au moment où tout le Sénégal se tourne ailleurs, essaye de voir comment sortir les populations de ce pétrin des inondations, il y en a qui cherchent à orienter le débat ailleurs, en s’appesantissant uniquement sur le port vestimentaire du ministre de l’Intérieur au moment où il se rendait auprès des populations inondées.

Du port vestimentaire du ministre de l’Intérieur, parlons-en, si tant est ce qui intéresse certains de nos journalistes qui se prennent pour nos plus grands chroniqueurs mais qui ne cessent d’étaler toutes leurs médiocrités. En matière de médiocrité et de limite, Aïssatou Diop Fall qui s’est auto-érigée chroniqueur ne cesse de déraper. Aïssatou Diop Fall, la première à ouvrir le bal, ose soutenir que le ministre de l’Intérieur qui « méprise tant les populations » s’était rendu sur les lieux en portant un costume. A Aïssatou Diop Fall, on peut même se permettre de pardonner, tant elle fait preuve d’un manque de culture, d’une incurie intellectuelle manifeste.

tombe

Mais quand ce sont Pape Djiby Fall et Bacary Domingo Mané qui versent dans ce registre, il y a tout de même des questions à se poser ? Il y a certaines légèretés que l’on ne peut se permettre dans le domaine du journalisme. Aïssatou Diop Fall avec toutes ses limites peut même être pardonnable, mais que Pape Djiby Fall qui aime se faire passer comme étant le monsieur qui a acquis toutes les connaissances bibliques et coraniques que le Bon Dieu a déversées sur terre ou encore Bakary Domingo Mané qui a eu à diriger le Conseil pour le respect de l’éthique et de la déontologie (CORED), se mettent à débiter dans le même sens, cela pose problème.

Nous sommes en face de confrères qui font preuve d’incurie intellectuelle manifeste. Comment des individus qui se disent intellectuels, ont des problèmes en matière de tenue vestimentaire. Voilà pourquoi, nous évoquions Léopold Sédar Senghor. Il doit se retourner en ce moment dans sa tombe. Des analystes-chroniqueurs qui, en remettant le débat à niveau de bas étage, ne parviennent à distinguer un blazer d’un costume. On tombe des nues.

Antoine Félix Diome est vilipendé, car on lui reproche de s’être rendu sur les lieux du sinistre, en costume. Tous ceux qui connaissent le port vestimentaire, savent qu’un costume, c’est une veste et un pantalon d’un même tissu et d’une même couleur, par contre quand on parle d’un blazer (Voir sur les images, la tenue du ministre de ministre de l’Intérieur), c’est une veste de sport que l’on peut porter avec un pantalon contrastant comme un jean. Et comme l’a fait le ministre de l’Intérieur qui est en tenue blazer et non vêtu d’un costume comme l’indiquent ses détracteurs, sa tunique va même avec des bottes.

tombe

Madame, messieurs, cherchez ailleurs si vous voulez là où trouver des poux ! Vous devez être vraiment mal barrés. Quelle honte aurait eu feu Babacar Touré, s’il était toujours en vie en voyant Bakary Domingo Mané se transformer en chroniqueur-charlatan. Rien qu’en y pensant, nous tous ressentons cette honte. Pape Djiby Fall, chut !!! Xibaaru ne veut pour le moment pas se prononcer sur cette histoire de la jeune fille qui a été plumée. Une histoire, si elle est racontée, va montrer ton véritable visage et tu risques de tomber. Seulement, il ne faut pas dérailler.

La Rédaction de xibaaru

laissez un commentaire