Un juge iranien accusé de corruption retrouvé mort dans un hôtel roumain

Un juge religieux iranien, accusé de corruption par Téhéran et de violations des droits de l’homme, a été retrouvé mort vendredi dans un hôtel de Bucarest, a annoncé la police roumaine.

Gholamreza Mansouri, qui avait fui l’Iran l’an dernier, était accusé d’avoir accepté des dessous-de-table.

Il avait été arrêté par la police roumaine au début du mois puis placé sous contrôle judiciaire. Un tribunal de Bucarest devait se prononcer en juillet sur son éventuelle extradition.

D’après les éléments recueillis par la police auprès de la direction de l’hôtel, il a été découvert mort dans le hall après avoir semble-t-il chuté d’un étage supérieur.

« L’homme a été identifié comme étant un ressortissant iranien âgé de 52 ans, sous contrôle judiciaire pour des crimes commis dans un pays tiers », a précisé la police dans un communiqué. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de sa mort.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a confirmé son décès et attend désormais un rapport délivré par la Roumanie.

Abbas Moussavi, porte-parole du ministère, a ajouté que Mansouri s’était rendu dernièrement à l’ambassade d’Iran pour discuter d’un éventuel retour dans son pays.

La semaine dernière, Reporters sans Frontières (RSF) avait porté plainte contre lui en Allemagne, où il aurait résidé avant de se rendre en Roumanie, pour « arrestation et torture » d’au moins vingt journalistes en 2013.