Voici le ministre le plus incompétent du gouvernement

Fermeture programmée des huileries au Sénégal : Des raisons pour démettre le ministre de l’Agriculture Moussa Baldé

Le secteur de l’agriculture devient moribond au Sénégal, si aucune mesure n’est prise allant dans le sens de redresser la situation n’est prise. Le ministre de l’Agriculture Moussa Baldé, à cause de ses décisions décriées lors de cette campagne de commercialisation arachidière, est plus que contesté. Par la faute de son incompétence, c’est près d’un millier d’emplois qui sont supprimés à la Sonacos. A la Copeol, on parle de 200 agents qui viennent de perdre leurs emplois. Des agents dont certains ont fait 25 ans de service à l’entreprise. Le porte-parole de l’Intersyndicale des corps gras du Sénégal crie le désarroi des travailleurs des industries de l’huilerie : « Tous les acteurs, à l’unanimité, demandent le départ du ministre de l’Agriculture. Cela fait 32 ans que je suis dans le secteur, mais je n’ai jamais vu un ministre aussi nul. Il a lamentablement échoué ».

Ibrahima Diallo ne décolère pas contre le ministre Moussa Baldé. Depuis que ce dernier est nommé ministre, la gestion solitaire est érigée en règle dans la filière arachidière, victime du fast-track. Selon lui, s’est tenu à chaque campagne « un Conseil interministériel associant tous les acteurs pour s’entendre sur le bon déroulement de la campagne. Ce n’est plus le cas depuis qu’on a supprimé le poste de Premier ministre ». Alors que le secteur de l’agriculture ne peut être bien organisé s’il n’existe de concertation avec les producteurs et les techniciens qui maîtrisent mieux le terrain.

Pour lui, la filière arachidière est victime du fast track. « D’autant qu’à chaque campagne, on a tenu un Conseil interministériel associant tous les acteurs pour s’entendre sur le bon déroulement de la campagne. Ce n’est plus le cas depuis qu’on a supprimé le poste de Premier ministre », déclare le syndicaliste qui estime que le secteur ne peut pas être bien organisé sans concertation avec les producteurs et les techniciens qui connaissent mieux le terrain.

On dirait que Moussa Baldé a été nommé ministre de l’Agriculture afin d’asphyxier les huiliers au Sénégal. Après avoir longtemps laissé le marché de la commercialisation depuis l’ouverture de la campagne, soumis au diktat des Chinois qui sans être contraints aux paiements de taxes et d’impôts ont pu concurrencer déloyalement les huiliers locaux, le voilà qui ferme tardivement la porte à l’exportation.

Le « médecin qui joue après la mort ». Car, voilà que l’essentiel des graines d’arachide ont été collectées par les Chinois ne laissant qu’une partie maigre et de mauvaise qualité aux huiliers locaux. Il est temps pour le Président de la République de réagir, en commençant par démettre Moussa Baldé de son poste de ministre de l’Agriculture.

La rédaction de Xibaaru