Wally Seck transforme le show Biz sénégalais en guerre des gangs

Sabotage de la soirée de Sidy Diop : Wally Ballago Seck est-il devenu le bad-boy de la musique sénégalaise ?

On se croirait en plein milieu du show-biz américain. La soirée du chanteur Sidy Diop samedi dernier a été bousillée par le jet d’une bombe à gaz. Sidy Diop et son entourage ont vite fait d’accuser Wally Ballago Seck d’être à l’origine de cet acte sauvage. Alors que l’incident se produisait, Wally Ballago Seck tenait lui une soirée qui se passait le plus paisiblement au Ngor Timiss. Une soirée avec succès pour le fils de Thione Ballago Seck qui a même fait guichets fermés.

Pour la réussite de sa propre soirée, Wally Ballago Seck a-t-il choisi de saboter celle d’un rival qui jouait en ce moment dans un autre lieu différent. L’animateur de la 2STV, Oumaro, présent sur les lieux, a vite fait de corroborer la thèse du sabotage orchestré pour empêcher la soirée de Sidy Diop de se tenir à termes. En tout cas, les fans de Sidy Diop promettent de ne pas en rester là, et d’organiser la vengeance.

Dommage, de voir le show-biz sénégalais se transformer en vulgaires guerres de gangs, comme on en assiste tant aux Etats-Unis d’Amérique. Wally Ballago Seck, puisque c’est lui qui désigné comme l’instigateur de cet événement de barbarie commis lors de la soirée de Sidy Diop doit répondre de cette accusation, au lieu de laisser des seconds couteaux répondre à sa place. Les faits sont si graves. Dans un endroit clos, qui plus est en pleine pandémie de la covid-19, un incident de ce genre, même s’il s’agit d’un seul jet d’une bombe à gaz, peut avoir des conséquences dramatiques.

Même si Sidy Diop a choisi de ne pas porter plainte, il y a lieu à craindre de la réaction des membres de son entourage qui promettent la riposte. En choisissant de ne pas démentir sa responsabilité sur ce qui s’est passé samedi soir, sur ls accusations portées à son endroit, Wally Seck cherche-t-il à devenir le bad-boy de la musique sénégalaise, en important sous nos cieux des pratiques jusqu’ici inconnues.

La rédaction de Xibaaru