15 personnes meurent dans l’effondrement d’un bâtiment au Mali

15 personnes ont perdu la vie dimanche, à Bamako, dans l’effondrement d’un immeuble en construction. 26 autres personnes ont été extraites vivantes, selon un bilan dressé par le ministère malien de la Sécurité et de la protection civile. L’immeuble sis au quartier de Banconi Salemebougou s’est écroulé vers 04 h 00 du matin dans la nuit de samedi à dimanche. Le troisième et dernier étage s’est affaissé sur le reste du bâtiment en construction mais déjà habité.

Les opérations de secours se sont poursuivies toute la journée et le bilan n’a cessé de s’alourdir, il s’établissait à 20 h 00 GMT, à « 41 personnes secourues, dont 15 décédées », a indiqué sur Twitter le ministère. « Une enquête a été ouverte au commissariat du 6ème arrondissement (de Bamako) contre le propriétaire », selon la même source. « Grâce à la détermination des services de secours, une fillette d’environ 4 ans vient d’être extraite des décombres, en vie. Une autre survivante (une dame), vient d’être, fort heureusement, extraite des gravats par les secouristes », avait indiqué le ministère dans l’après-midi.
Les ministres de la Sécurité et de la protection civile et de l’Urbanisme, de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté se sont « rendus sur les lieux pour soutenir les familles éplorées et encourager les secouristes », selon la même source. Sur Twitter, un ancien ministre de la Justice, Mamadou Ismaila Konaté, a mis en cause la « corruption » au Mali, pays où selon lui, « on meurt, faute de soins dans un hôpital démuni », dans des accidents de la « circulation, à cause de l’état de la route », ou encore lorsqu’un « bâtiment mal construit s’écroule », alors que « des gens s’enrichissent frauduleusement ».
Les effondrements d’immeubles sont courants au Mali, où de nombreux bâtiments sont construits sans autorisation et en total et impuni irrespect des standards sécuritaires.
BBC