Ultimate magazine theme for WordPress.

Abdourahmane Diouf…un leadership pour la concorde nationale !

0

L’histoire politique du Sénégal est marquée par des antagonismes de leadership empreints de rivalités et d’hostilités qui ont toujours annihilés les consciences et les énergies collectives positives.

–Senghor- Dia : D’abord compagnon de route, une sorte de bicéphalisme téléguidé de l’extérieur et entretenu de l’intérieur, a fini par rompre une collaboration politique qui aurait pu mettre le Sénégal sur de meilleures rampes de lancement. Déjà les prémisses du débat idéologique « Se développer avec ou sans la France-puissance coloniale » pointaient à l’horizon. Senghor sorti vainqueur de ce conflit idéologique et nous imposa alors la République du Sénégal dans le cadre d’une « Indépendance-collaboration » avec la France. Il eut le génie de passer du parti unique au parti unifié et finir par le multipartisme limité, pour pacifier l’espace politique et partir en paix.

— Abdou Diouf-Abdoulaye Wade : Une longue opposition frontale et farouche qui a trop longtemps duré (20 ans) pour épuiser le temps de construction du pays. Ce fut le début de la « désenghorisation » du pays face aux résistances de Diouf qui s’accrochait à la continuité francophile du régime. Le débat portait moins sur l’antagonisme idéologique (Socialisme ou Libéralisme), mais entre deux fortes personnalités emblématiques du Sopi ou du statu quo. Cette confrontation politique exacerbée s’était pourtant terminée par une collaboration mi-melon mi-mangue (Wade avait intégré le gouvernement de Diouf) qui finit par une succession démocratique et paisible.

— Wade – Idy : C’était plutôt une antinomie sans substance et sans consistance idéologique. Juste une rivalité entre fils adoptif et fils biologique, sur fond de succession dynastique, au grand dam des intérêts fondamentaux du pays. Par manque de sincérité politique, toutes les tentatives de rapprochement ont échoué, l’issue fut désastreuse pour leur jeu d’échec et un croupier qui les observait de l’intérieur, fut leur cheval de Troie qui conquit le pouvoir sous leur nez.

—Macky – Sonko : C’est la plus féroce des antagonismes qui se déroule encore sous nos yeux. Tous les coups bas et de travers semblent permis. Leur opposition s’est même consolidée par des renforts : Le « mbouroc soow » d’une part et le Yewi-taxahou dakar d’autre part. C’est maintenant le camp des retrouvailles des Libéraux contre le camp des radicaux, les tous-sauf-Macky, leur seul leitmotiv en dépit de leurs relations contre nature.

Le populisme et le réalisme, c’est un autre antagonisme dans la scène politique sénégalaise qui perdure. Le populisme est une stratégie politique qui tend toujours à opposer le peuple aux élites en général (Politiques, économiques, sociales..). Il s’agit toujours de faire croire au peuple qu’il est exclu de l’exercice du pouvoir ou que leur légitimité et leurs intérêts sont bafoués par leurs représentants dans le régime. Le populisme est souvent la sève de la démagogie qui est l’art de flatter les masses pour gagner et exploiter leur adhésion. Il peut être de gauche ou de droite, tojours avec les mêmes méthodes. Il a sévit souvent et a longtemps prospéré à travers beaucoup de pays dans le monde. Trump aux USA, Bolsonaro au Brésil, Boris Johnson en Grande Bretagne, pour ne citer que ces exemples qui n’ont pas fait long feu parce que allumés avec du bois mort. Le populisme a toujours un destin de feuille morte. Au Sénégal, la démagogie est au pouvoir et le populisme dans les rangs de l’opposition. Macky nous a vendu « la patrie avant le parti » et Sonko nous vend « la Francexit » et le « Macky dégage ». Comme d’habitude, le peuple va aller de l’éblouissement au désenchantement.

La République Sénégalaise : Alternative réaliste, crédible et opportune. Pourquoi?

Le Sénégal est foncièrement un pays de compromis et de conciliation. On vit depuis de millénaires en société avec des accommodements et des brassages ethniques, religieux, socio-culturels. Sauf en politique ou le pouvoir et l’opposition tendent à la rivalité dans la radicalité de leurs rapports. Cet antagonisme systémique et systématique est en train de compromettre tout cet art de notre « commun vouloir de vie commune », notre « way of life » sénégalais que nous envient beaucoup d’africains. Il a atteint un point culminant avec le duel Macky-Sonko.

Voilà pourquoi les théories et les thèses d’Abdou Rahmane Diouf nous semblent être la 3e voie opportunément salutaire. Il est plus que nécessaire voire impérieux de refonder notre République pour rebâtir une république de concordance :

L’Allemagne l’a réussi au sortir de la guerre où le pays était en cendres et en profondes divisions politiques.

-Faire travailler ensemble les représentants selon leurs pourcentages de voix que leur a donnés le peuple dans la République en y intégrant pleinement nos représentants religieux et traditionnels.

-Consacrer l’Ethique dans la conduite des affaires.

-Cristalliser dans une Constitution consensuelle l’Etat de droit gage de notre paix sociale.

– Privilégier les intérêts vitaux du Sénégal dans toutes les politiques publiques, par le patriotisme économique et la valorisation de notre secteur économique dit »informel ».

– Recentrer nos fondamentaux éducatifs sur nos valeurs socio-culturelles historiques et surtout religieuses exclues des programmes scolaires.

-Repenser nos systèmes de solidarité sociale en adéquation avec nos codes sociaux et en impliquant pleinement nos institutions (exécutives et législatives).

Les idées prônant le retour à notre authenticité et à notre endogénéité dans tous les enjeux de développement de notre pays, sont largement comprises et partagées.

Un homme en est l’incarnation, par ses thèses et théories sur la République de concordance, la République sénégalaise, le patriotisme économique, les nouvelles solidarités sociales, la valorisation des daaras et de l’économie informelle, le retour psychologique à l’amour de nous-mêmes et de nos imaginaires propres. Il s’agit de Abdou Rahmane Diouf. La force dévastatrice du populisme et de la démagogie ambiante, ainsi que le bipolarisme duelliste Macky-Sonko, a produit un tel vacarme que ses idées restent encore inaudibles. Il faudrait absolument éviter en 2024 que la désillusion post-Wade soit un remake perpétuel. Nos intelligences et consciences collectives doivent se réveiller pour faire bénéficier au peuple la manne enrichissante que la providence nous a accordée (pétrole et gaz). Abdou Rahmane Diouf a le potentiel intellectuel et la carrure d’homme d’Etat qui nous permettraient enfin de réconcilier le Nationalisme éclairé de Mamadou Dia, l’Afro-Souverainisme de Cheikh Anta Diop et la vision « bâtisseur du pays » de Abdoulaye Wade, avec le destin du Sénégal.

En 2024, Sénégalais faites enfin « rugir le lion rouge, dompteur de la brousse »; Il est temps de mériter ce que la providence nous a octroyé.

Cherif Ben Amar Ndiaye

Consultant International

AFFIRMATIVE AFRIQUE (AFAF)

 

 

 

laissez un commentaire