Affaire Dieyna Baldé : Diop Iseg brise (enfin) le silence !

Diop Iseg (à droite) accusé par Dieyna Baldé (à droite) de détournement de mineur

Mamadou Diop, dans un entretien accordé au journal « Les Echos », revient sur l’histoire de Dieynaba Baldé et sur l’expulsion de sa maison par son ex épouse Aissatou Seydi.

Pour l’affaire Dieyna Baldé, le Directeur de l’ISEG révèle qu’elle a été classée. Cependant, précise-t-il : « on peut reconnaitre la paternité par circonstance ou par autre. On a parlé de l’ADN, mais le test n’a jamais eu lieu parce que c’est Dieyna qui n’a pas voulu. J’ai toujours été catégorique dans cette affaire et je n’ai pas changé de position. Donc, je peux continuer à aider l’enfant sans problème, comme j’ai eu à le faire depuis toujours pour Dieyna. Je n’ai pas de problème avec ça. Cette histoire est derrière moi ».

Pour l’ordonnance d’expulsion, Diop Iseg avoue qu’elle lui a été notifiée. Et, maintenant qu’elle est sortie, il va faire appel dans la procédure d’urgence. Il a tenu à préciser qu’il est toujours chez lui et il n’a pas été expulsé.

« C’est une procédure qui est en cours et il faut savoir qu’il y a trois procédures en appel, en annulation et une autre ouverte à la gendarmerie ou nous avons été entendus », confie-t-il. A l’en croire, par rapport à la maison, ils l’ont payée avec 7 chèques de 10 millions. Et, dit-il, c’est quand il a été en prison que Aissatou Seydi a commencé des démarches pour s’approprier la maison. « Elle ne pensait pas que j’allais sortir et dès qu’elle a été informée de ma libération, elle s’est empressée de détruire les chèques. En complicité avec le propriétaire de la maison. Il y a eu un deal sur mon dos », dénonce-t-il. Avant de clarifier : « ISEG a décaissé 110 millions de francs CFA pour la maison dont le prix est fixé à 140 millions. Devant les enquêteurs, Aissatou Seydi a reconnu que la maison a été achetée avec des chèques de l’ISEG. On habite toujours ensemble et elle occupe une chambre dans la maison. Donc, l’ordonnance n’est pas valable car dans le code de la famille, un époux ne peut pas exclure l’autre tant qu’ils sont dans les liens du mariage », a-t-il dit dans les colonnes du journal.