Affaire Téliko : « Madiambal Diagne ou le pyromane hivernal » (Mamadou Lamine Ba)

« Des magistrats s’interrogent également sur l’avenir citoyen de Souleymane Teliko. Il a déjà pris le soin de s’occuper de sa nationalité guinéenne que lui confèrent ses parents. Pour quel projet ? Peut-on avoir une double loyauté ? En tout cas, la Magistrature sénégalaise a connu des cas de citoyens guinéens, ayant exercé de hautes responsabilités judiciaires au Sénégal et qui ont fini par retourner, non sans un certain fracas, en Guinée pour y occuper de hautes fonctions ». Extrait de votre texte intitulé  » Teliko, juge ou opposant politique « .

J’ai parcouru votre texte et ce passage m’a beaucoup interpellé et intéressé.  En interprétant ce ‘détroit’, nous déduisons (de vos propos) que le juge Souleymane Teliko Diallo serait déjà sur le chemin « du retour » vers sa patrie. Vous soufflez que « ses parents lui ont conféré sa nationalité ». Quelle boutade ! A ce que je sache, la Nationalité (sénégalaise en tout cas) n’est pas conférée par un parent mais par les textes juridiques qui régissent le fonctionnement d’un pays et l’édification collective d’une nation.

Sur la supposée inquiétude des magistrats sur « l’avenir citoyen de Souleymane Teliko », j’ai cherché des preuves matérielles sur cette allégation gravissime, je n’en ai pas trouvé dans votre texte. Que voulez-vous dire réellement aux sénégalais, implicitement ? Autrement dit, souffrez que je considère que vous cherchez, maladroitement et dangereusement, à saper le moral des magistrats ou leur dire que ce Peulh Fouta, originaire de la République de Guinée, n’a pas sa place parmi eux. Ce qui, sans équivoque, peut être qualifié de stigmatisation ou tout simplement de xénophobie dangereuse.

Je ne vais pas discourir sur ces attaques (les vôtres) sur les origines du magistrat Souleymane Teliko Diallo. Certains en ont déjà parlé et je partage leurs avis qui condamnent, unanimement, vos propos stigmatisant et xénophobes. Je m’intéresserai plutôt à l’apport des uns et des autres dans l’effort collectif de construction d’un pays, qu’il s’appelle Sénégal, Madagascar ou Malaisie. Permettez donc que je fasse un petit rappel historique à ce sujet. Je vais convoquer ce qui va nous rassembler tous, en tant que croyants.

Selon les récits authentiques, la bataille d’al-Khandaq se déroula au mois de Chawwâl en l’an 5 de l’Hégire. Les coalisés (Juifs de Khaybar et Quraychites de la Mecque) se rassemblèrent autour de Médine avec une armée composée de 10 000 combattants, un nombre qui dépassait de loin le total des habitants de la Médine (enfants, femmes, adultes et personnes âgées y compris). Vous conviendrez avec moi qu’il fallait bien une solution pour endiguer la menace pour qu’on parle de l’Islam au Sénégal aujourd’hui.

Le Messager d’Allah, Mouhammad (saws) convoqua un conseil consultatif supérieur afin d’élaborer un plan de défense de la ville. Après une discussion entre les commandants et les gens de la Chûrâ, ils s’accordèrent sur une solution proposée par le noble Compagnon Salmân al-Fârisî qui dit : « Ô messager d’Allah, en Perse, lorsque nous sommes assiégés, nous creusons une tranchée ». C’était un technique ingénieuse méconnue des Arabes. Résultat : Salman, le Perse, a sauvé la Médine des Arabes.

Revenons aux Peulhs Fouta. Au lendemain des indépendances, le Sénégal et la République de Guinée ont signé un accord de libre circulation. Pour les guinéens, il s’agissait d’entrer au Sénégal, de travailler dans la culture arachidière saisonnière et de rentrer (s’ils le souhaitaient) après la commercialisation des récoltes. Certains se sont établis, convaincus par leurs ainés qui s’étaient installés en début du 20ème siècle. Ce fut le cas de mon grand-père, domicilié alors à Mamatôro, à la périphérie de Ziguinchor.

Même si cet accord n’existait pas, il est de notoriété que l’humain (dont le Peulh) est un être en perpétuel mouvement, pour des raisons sécuritaire, économique, instructive ou spirituelle. De ces mouvements naissent des interactions sociales et des interpénétrations culturelles. Chacun apporte ses arts et partage ses valeurs ; le tout dans un perpétuel apprentissage du savoir-vivre ensemble. Les guinéens, vendeurs de fruits ou de café, laveurs de véhicules, etc…, contribuent à l’économie sénégalaise.

Dans ces déplacements, les humains ont toujours emporté avec eux des techniques et des compétences. Ces savoir-faire ont servi ailleurs. Qui peut nier l’apport des noirs en Amérique dans la culture (musique, danse, etc…) et le sport (basketball et football américain) ?  Qui peut remettre en cause la contribution des italiens dans la gastronomie aux USA ? Qui méconnaît l’apport des juifs dans le développement de la technologie aux Etats-Unis (Albert Einstein, Mark Zuckerberg, etc..) ? Et j’en passe.

Le Peulhs Fouta sont plus fiers de ce qu’ils réalisent que ce qu’ils sont. Mon papa a cultivé des arachides, il a vendu des allumettes, des noix de Cola, du riz, de l’huile, etc… Il nous a prodigué une bonne éducation et nous et nous a envoyé à l’école pour nous instruire. Aujourd’hui, je suis fonctionnaire sénégalais. Dans la finance, dans les universités, dans les lycées, dans les collèges, dans la justice, dans la haute administration, et j’en passe ; nous sommes des millions à être nés dans ce pays et qui contribuons sans bruit dans la construction de ce pays. Voici notre fierté en tant que sénégalais.

Sur le plan religieux, il est vrai que les Peulhs Fouta n’ont pas introduit l’Islam dans ce pays mais leur apport dans dans l’enseignement du livre Saint, dans les prières pour des sénégalais ; est incommensurable. Des Peulhs Fouta ont peut-être appris le Qur’aan chez un maître non Peulh. Mais parallèlement, combien d’autres sénégalais ont appris à lire le Qur’aan chez un Peulh Fouta ? Le chiffre est énorme et touche tous les groupes ethniques. J’ai appris le Qur’aan avec des Mandingues et des Manjacques.

Le combat que mène Teliko pour une meilleure distribution de la justice par une plus grande indépendance des magistrats n’apporte rien aux guinéens. A moins qu’ils s’en inspirent et en fassent bon usage. Ce combat n’est donc bénéfique qu’aux sénégalais, ses compatriotes. A propos, que pensez-vous des départs de Felwine Sarr et de Souleymane Bachir Diagne qui ont tant reçu du Sénégal et qui ont choisi aujourd’hui de monnayer leurs sciences en Occident ? Des traîtres, pire que Teliko? J’aimerai bien vous lire là-dessus.

Votre propos est une incitation à la distinction, à la haine, voire pour déboucher sur la violence contre des Peulhs Fouta. Si vous avez une meute ou que vous faites partie d’une meute qui veut faire des Peulhs Fouta du gibier, nous ne sommes ni des écureuils ni des lapins. Nous sommes des léopards que des hurlements des hyènes, seraient-elles ‘Madiaboliques’ ne nous apeurent pas. On prend cependant votre fulmination au sérieux. Qui sait, si vous n’êtes que la face visible d’un iceberg de xénophobie ou un promoteur d’une ‘sénégalité’ en construction ?

On constate malheureusement votre misérabilisme mental ou nationalisme avorté. En France, des politiques (la droite et l’extrême droite précisément) s’y sont essayés et ont échoué. Vous jouez au pyromane hivernal. Celui-là qui attise le feu juste après une forte pluie, celui-là qui essaie de mettre le feu sous la pluie ou celui-là qui veut entretenir des braises un peu avant le déclenchement d’une grosse pluie. C’est maladroit et contre-productif. On prend très au sérieux vos propos. On veille. Vos provocations ne prospèreront pas.

Nous déclinons votre subtile invitation à l’exil. Nous sommes et nous resterons dans ce pays parce qu’il est le nôtre. La Nationalité sénégalaise est acquise sur la base de la Loi fondamentale, la mère de toutes les Lois et autres instruments juridico-administratifs. Elle n’est pas donnée par un parent, par une considération ou par une loi imaginaire. Ce pays ne manque pas de citoyens avertis et capables de différencier vos stupidités imprudentes et le silence constructif des millions de Peulh Fouta. Il vous en faudra plus pour brûler le Sénégal.

Je terminerai par lancer cet appel à tous les Peulhs Fouta du Sénégal : préférons et proférons des propos qui assurent et rassurent nos concitoyens. Adoptons des positions responsables qui stabilisent notre pays et la sous-région. Agissons en bien dans un esprit constructif au profit de notre patrie, le Sénégal. Que personne ne se laisse divertir. Que chacun soit concentré sur ce qu’il fait de bien. Cependant, que chacun (surtout les cadres) se sente concerné par ces propos et s’indigne de la conduite hasardeuse de Madiambal Diagne.

Soyons plus que jamais engagés dans la construction du Sénégal. Rejetons ces propos qui ne s’adressent pas qu’au magistrat Souleymane Teliko. Que chacun prenne la parole et rejette cette attitude irresponsable de Madiambal Diagne, dans la paix, dans le respect et dans la dignité. N’attendons pas que quelqu’un prenne notre défense comme Emile Zola l’avait fait « pour les juifs ». L’histoire a démontré que cette forme de défense avait ses limites. On met les limites maintenant, avant que ça ne devienne ingérable.

Mamadou Lamine BA, Journaliste et Consultant en Médias et Communication