Amadou Fofana dénonce la politique de diabolisation au Sénégal

Au regard de la vie politique et des différents événements de l’actualité sénégalaise, nous constatons avec beaucoup d’amertume que la politique est considérée comme un incessant travail de conquête et de gestion du pouvoir politique. Elle est à ce titre le lieu où tous les coups sont permis.

Au delà d’être un moyen d’enrichissement sur le dos de paisibles contribuables, dans certaines contrées comme en Casamance elle est à l’origine de la création de certains foyers de tensions animés par des conflits fratricides faisant d’innombrables victimes innocentes.

Dans leurs courses aux côtes, les politiciens sont prêts à désigner de manière cynique et systématique certaines personnes comme des boucs émissaires en s’appuyant sur des caractéristiques de leur identité, la religion, l’origine ethnique où la sexualité notamment, trop souvent dans le but de détourner l’attention de l’inaptitude des gouvernements à réaliser les droits humains élémentaires qui garantissent la sécurité économique et sociale.

c’est pourquoi aujourd’hui au Sénégal on assiste à une montée en puissance des politiques de diabolisation qui continue d’eroder gravement aux droits fondamentaux et le tabou sur la vie privée grâce notamment à la peopolisation des médias et à l’engagement des activistes entraînant in de facto cette dangereuse rhétorique du <nous contre eux> distillant la peur la répression là où devait prévaloir l’unité au sein de l’humanité et le respect pour les droits humains.

Ainsi donc tout porte à croire que le gouvernement cherche à définir son adversaire avant qu’il ne se définisse lui-même, imposer les termes du débat et délimiter l’espace dans lequel les partis s’affronteront et surtout le délimiter à son avantage.

Cette dérive inquiétante à été confirmé plus récemment par ce piteux traquenard sur OUSMANE SONKO, le seul adversaire présidentiable, en le peignant comme un montre, un infréquentable pour se donner tous les droits sur lui.

Par rapport à cette situation qui est un manquement véritable de la part de ceux qui sont en charge de nos destinées en matière de démocratie et de la stabilité du pays, ils nous incombent à tous une résistance qui nous permettra cette humanisation de l’exercice du pouvoir politique et un assainissement du clivage politique afin qu’il soit au service de l’homme pour la réalisation de son épanouissement matériel et spirituel.

FOFANA AMADOU depuis le CONGO Pointe-Noire