Sina Cissokho félicite Macky pour son appel à

L’Appel à l’annulation de la dette africaine par Mr le président est magnifié par SYNA CISSOKHO, Président du conseil départemental de Tamba et Membre du Haut conseil des collectivités territoriales

Un chef d’Etat qui parle à ses citoyens, rien de plus normal. Un Chef d’Etat qui écrit à son peuple et au monde ; c’est un peu plus rare. Ne l’ont fait que les grands leaders qui, remplis de responsabilités et de talents, portés par un élan quasi messianique, conduisent leurs peuples à l’image des bergers des anciens temps, bien debout devant les brebis, scrutant l’horizon, guettant le moindre danger et indiquant prestement le cas échéant, la bonne direction : celle qui sauve.

C’est le sens qu’il faut donner à la pertinente et ambitieuse adresse urbi et orbi du citoyen africain, Macky Sall publiée le 08 avril 2020.

Pertinente parce qu’en quelques mots, elle a su avec beaucoup d’alacrité identifier les besoins du Sénégal et de l’Afrique pour contrer cette terrible pandémie ; ambitieuse car elle définit en quelques lignes les contours d’une véritable riposte « mondiale par force » si nous voulons vaincre au plus vite ce maudit virus couronné de méchanceté et de virulence envers le genre humain et qui ne connait ni frontières, ni statut social, ni couleur de la peau. Naturellement, le Sénégal n’est pas épargné ainsi que l’Afrique tout entière bien qu’elle semble mieux résister à ce démon déchainé que le reste du monde.

« L’infini petit, écrit avec beaucoup de sagacité, M. Macky Sall, fait trembler le monde entier et confirme les limites objectives de l’Etat-Nation dans la réponse aux menaces transfrontalières ».

En mettant le doigt sur le paradoxe que nous vivons  sur cette « terre  ronde  où quelque chose ne tourne décidément pas rond » si l’on sait que ce même homme qui va à la lune, s’apprête à aller sur Mars, ne dispose pas assez de lits,  de masques, de gels, de respirateurs pour se protéger et se prémunir  contre le COVID 19, le citoyen africain Macky Sall nous fait ainsi découvrir la triste réalité d’un monde riche, prétendument moderne mais profondément déshumanisé car délesté volontairement de toute quête ontologique et incapable structurellement contrairement aux apparences de prendre en charge les questions vitales de l’Homme d’aujourd’hui.

Heureusement, comme pour tout défi qui interpelle l’humanité, une solution existe et l’africain Macky nous l’indique clairement. Elle est cependant unique, urgente car l’heure est grave et il y va de notre survie en tant que race : Mettre l’homme au cœur du monde à travers un nouvel ordre mondial qui promeut des relations internationales saines car fondées sur l’égale dignité des peuples et des nations et réfute définitivement l’idée saugrenue de l’existence d’un centre civilisationnel supérieur chargé de laisser ruisseler quelques poncifs théoriques et gadgets matériels au reste du monde arrimé à ses chars.

Naturellement, – n’en déplaisent à certains visages pâles dont les esprits avachis, sont encore fortement embrumés par ce maléfique et persistant « inconscient colonial » dont parlait récemment avec beaucoup d’à-propos, Latif Coulibaly- l’apport de l’Afrique, la vieille, brave et endurante Afrique, sera déterminant dans l’avènement de ce nouvel ordre mondial.

D’abord, parce que berceau de l’humanité, «  elle a donc vécu » et porte en elle toutes les valeurs intrinsèques et fondamentales de l’humanité, ensuite parce qu’elle a survécu à toutes sortes d’épreuves « périlleuses et cruelles » affichant ainsi une résilience et une détermination extraordinaires dont l’humanité aura surement besoin dans sa longue marche vers la véritable civilisation : celle de l’universel, creuset de toutes les cultures et de tous les  peuples, enfin parce que la jeunesse de sa population lui attribue tout naturellement « un sacré devoir » dans la construction d’une humanité meilleure.

En vérité, l’avènement d’un nouvel ordre mondial est inévitable. Au mieux on l’accélérera par des comportements responsables et concertés, au pire on le retardera par des attitudes négatives et ventriloques basées essentiellement autant sur l’exhortation insensée d’identités renfermantes et exclusives, que sur des égoïsmes et préjugés absurdes.

Il est inévitable et arrivera tôt ou tard. Mieux vaut le construire harmonieusement et inclusivement avec toutes les forces vives de la terre et à cet effet ce maudit et diabolique virus pourrait malgré lui nous être finalement utile.

En effet, pour se dégager prestement des limbes intellectuels et reconfigurer rapidement les relations internationales, ce nouvel ordre, après avoir permis l’identification des priorités vitales communes à toutes les nations, devrait favoriser une véritable gouvernance mondiale de ces dites priorités. A cet effet, la santé, l’éducation et la préservation de l’environnement nous semblent être à l’heure actuelle, les secteurs les mieux indiqués. Mais alors que pour l’éducation et l’environnement, au mieux l’on ne peut s’attendre à court terme qu’à des consensus formels et de principe ; pour la santé, il est possible et même vital hic et nunc, d’établir un consensus fort et mondial sur les grands principes régissant la recherche, la prévention, la prophylaxie et les protocoles thérapeutiques. A ce titre, l’OMS devrait être renforcée en ressources et responsabilités pour être encore plus efficace dans la coordination internationale de la lutte contre la maladie. Elle abat certes déjà un travail remarquable, mais en la matière « Tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas accompli. » L’OMS doit, comme le préconise fort justement Jacques Attali, disposer de plus de moyens coercitifs car « il est insensé que cette organisation soit dotée de beaucoup moins de pouvoirs que n’en ont dans leurs domaines, le CIO et la FIFA »

En attendant, il nous faut urgemment triompher ensemble de ce Covid-19 et faire face ensemble à la crise économique qui en découlera. Pour participer pleinement à ces combats de survie, l’Afrique, la jeune et dynamique Afrique, « l’Afrique des fiers guerriers » doit être délestée de toute contrainte. C’est tout le sens qu’il faut donner à l’appel du président Mack Sall pour l’annulation de la dette publique africaine sollicitant ainsi plus la sagesse des nations riches que leur générosité ; car en définitive en cette période de confinement et de quarantaine, répétons avec le Poète que :

« C’est par la fraternité qu’on sauve la liberté »

SYNA CISSOKHO

Président du conseil départemental de Tamba                               

Membre du Haut conseil des collectivités territoriales