Après un mois de crise, l’Italie se procure d’un nouveau gouvernement

Après un mois d’une crise politique estivale inédite déclenchée par Matteo Salvini, l’Italie s’est dotée, mercredi 4 septembre, d’un nouveau gouvernement, qui se veut un savant équilibre entre les inclassables Cinq Étoiles et les sociaux-démocrates, de retour au pouvoir. Après avoir rencontré le président Sergio Mattarella, le Premier ministre Giuseppe Conte, reconduit à son poste, a annoncé la composition de son nouveau gouvernement, formé de sept femmes et quatorze hommes et dont l’extrême droite ne fait donc plus partie.
Le poste stratégique de ministre de l’Économie et des Finances a été confié à l’actuel président de la commission des Affaires économiques au Parlement européen Roberto Gualtieri, un membre éminent du Parti démocrate.
L’Italie, troisième puissance de la zone euro, très endettée (132 % du PIB) et au bord de la récession, doit trouver des fonds pour éviter une hausse de la TVA l’an prochain. Rome a aussi entretenu des relations difficiles avec Bruxelles ces derniers mois et évité de justesse une procédure d’infraction pour déficit public excessif. Roberto Gualtieri sera aux avant-postes pour tenter d’obtenir un adoucissement des règles communautaires.

« La stabilité de l’Italie est une valeur pour l’Union européenne. Bon courage au nouveau gouvernement que nous attendons à Bruxelles », a écrit sur Twitter le président social-démocrate du Parlement européen, l’Italien David Sassoli. Le gouvernement Conte 2, né après la rupture, le 8 août, par Matteo Salvini d’une instable alliance avec le M5S, prêtera serment jeudi matin au Palais du Quirinal, le siège de la présidence de la République.