« Beaucoup de cas ne nécessitent pas le mandat de dépôt » (Malick Sall)

La Conférence annuelle des Chefs de Parquet session 2020 s’est tenue ce mercredi sous la présidence du Garde des Sceaux, ministre de la Justice. Devant l’ensemble des procureurs du Sénégal, Me Malick Sall s’est félicité de la décision du président de la République, qui a gracié plus de 3 000 détenus, pendant les quatre premiers mois marqués par la pandémie du nouveau coronavirus. L’objectif selon lui, est de mettre fin aux longues détentions préventives. D’où l’urgence, selon le ministre, d’appliquer le placement sous surveillance électronique comme mode d’aménagement des peines.

« Il y a énormément d’infraction et de cas qui ne nécessitent pas le mandat de dépôt », a rappelé le Garde des Sceaux, indiquant que les maitres des poursuites étaient, jusque-là, confrontés à une situation. Laquelle est qu’ils ne pouvaient pas laisser une personne poursuivie pour une infraction grave en liberté puisque cela pour mettre en danger la procédure et les victimes.

Mais, dit-il, « avec le bracelet électronique, ces risques sont totalement supprimés. Ce qui fait que les mandats de dépôts seront réduits à leur plus simple expression. Je pense que dans une année ou deux, on ne parlera plus des longues détentions ».