Ultimate magazine theme for WordPress.

Biennale de l’art africain de Dakar : Scandale esthétique et juridique

1

La quatorzième édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar, Dak’Art 2022 se tient du 19 mai au 21 juin 2022).

La crème de l’art africain contemporain est à Dakar, les œuvres présentées dans les différentes expositions aussi bien en « In » qu’en « Off » sont en général de belle facture esthétique comme technique. Les rencontres-échanges nourrissent la réflexion sur la création, la production et la diffusion de l’art africain en Afrique et à travers le monde. Cependant, la Direction artistique, le Comité d’orientation, le Secrétariat général de Dak’Art 2022 ont tué, une seconde fois, l’artiste-peintre Amadou Sow, créateur du logo de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar en 1992 et au terme d’un appel international à proposition de logo.

Le beau et significatif logo de la Biennale créé par le regretté Amadou Sow (décédé en 2015 à l’âge de 64 ans) est vidé de sa substance de couleurs. Alors les trois couleurs du logo avec le jaune symbolise l’espoir, le vert, l’abondance, le rouge, l’engagement et le bleu du ciel qui entoure le logo, c’est l’ouverture au monde. Cette charte chromatique et graphique disparait de l’édition 2022 de la Biennale. Sur tous les supports de la Biennale et d’autres supports de partenaires et sponsors de la Biennale, c’est le logo terne, pâle, dénaturé qui y figurent.

Un logo est une œuvre d’art, une création à protéger. Mais, l’équipe de la Biennale avec le Ministère de la Culture et de la Communication, tutelle de Dak’Art, ont violé la loi du droit d’auteur, du droit contractuel dans le domaine des arts visuels. Et ironie du sort, des experts de l’Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle (Ompi), de la Confédération internationale de Sociétés d’auteurs et de compositeurs (Cisac), de l’Unesco, de l’Adagp, de la Sodav échangent sur ces cas de figure.

Alors, si ces institutions internationales, régionales et nationales de protection des droits d’auteur sont conséquentes, elles doivent déplorer une telle forfaiture de dénaturation et de mise à mort du logo de la Biennale, de la création d’autrui pour éviter de payer des droits à sa famille héritière. Cette dernière menace d’ailleurs de porter l’affaire en justice.

Des artistes et acteurs culturels indignés, dénoncent l’oeuvre trahie de leur collègue décédé. Un scandale esthétique et aussi juridique. Dans le document officiel de la Biennale et du catalogue, les différents comités de Dak’Art 2022, justifient, à la page 3, la forfaiture: « Pour sa 14ème édition, la Biennale de Dakar se dote d’une identité visuelle renouvelée et modernisée. Cette évolution s’inscrit dans une stratégie globale de dynamisation de l’image de l’institution ».

Un argument très léger et d’aveu de violation de la propriété intellectuelle que des intellectuels comme Felwine Sarr, Aziz Dieng (Ompi), Moustapha Ndiaye, Malick Ndiaye entre autres membres des comités de la Biennale cautionnent au mépris des lois qui régissent la protection des œuvres de l’esprit.

Dans cette dynamique de falsification de logo, de création, l’avenir des créateurs est sombre. Les institutions de protection de droit d’auteur et de propriété intellectuelle et artistique présentes à l’édition 2022 de la Biennale africaine de Dakar doivent s’impliquer pour la restitution de la création d’œuvre d’esprit. Sinon, la complicité est manifeste.

Ibrahima DIALLO (Artiste-plasticien)

Afficher les commentaires (1)