Burundi : l’ancien président Pierre Buyoya est décédé du Covid-19

Le défunt Pierre Buyoya ancien président du Burundi

Président du Burundi de 1987 à 1993, puis de 1996 à 2003, Pierre Buyoya est décédé ce jeudi à l’âge de 71 ans.

Pierre Buyoya est décédé le jeudi 17 décembre, selon des proches de l’ancien président burundais, cités par des médias burundais et par l’antenne en kirundi de Voice of America.

«Le président Pierre Buyoya est mort cette nuit à Paris. Il avait le Covid-19», a déclaré un membre de sa famille qui a requis l’anonymat. Plusieurs autres proches ont confirmé le décès de Buyoya, qui a également occupé le poste de Haut représentant de l’Union africaine (UA) pour le Mali et le Sahel de 2012 à fin novembre de cette année.

Buyoya «avait été hospitalisé mercredi de la semaine passée (9 décembre, ndlr) dans un hôpital de Bamako où il avait été placé sous respirateur», a précisé un membre de sa famille. «Il a été évacué sur Paris jeudi» en début d’après-midi, «son avion a fait une escale et est arrivé en France dans la nuit. Il est décédé dans une ambulance qui l’amenait dans un hôpital parisien pour des soins», a précisé cette source.

Militaire de carrière, Pierre Buyoya prend la pouvoir au Burundi en 1987, après avoir mené un coup d’État contre Jean-Baptiste Bagaza.

Dans un contexte de tensions ethniques extrêmes entre Tutsi et Hutu, il mènera une politique de « réconciliation nationale », qui débouchera sur la Constitution de 1991. Cette année-là, des élections libres sont organisées et le parti de Pierre Buyoya, l’Union pour le progrès national (Uprona), concède la victoire au  Front pour la démocratie au Burundi (Frodebu) de Melchior Ndadaye.

Il revient une seconde fois au pouvoir par la force, en 1996, alors que le Burundi est plongé dans la guerre civile. C’est sous sa présidence que seront signés les accords d’Arusha, en 2000, qui mettront fin au conflit qui ensanglante le pays. Conformément à ces accords, une transition est mise en place à partir de 2001 et Pierre Buyoya remet le pouvoir à Domitien Ndayizeye, jusque-là vice-président, en 2003.

Nommé nommé Haut représentant de l’Union africaine au Mali et au Sahel en 2012, il a été contraint de quitter ses fonctions à la fin du mois de novembre, sans donner de raison.