Cancer du sein : ce médicament pourrait protéger les femmes pendant plus de 10 ans

Parce que le cancer est un problème de santé publique et parce qu’il suscite de nombreuses questions, l’Institut Curie lance un programme de vidéos pédagogiques, « Chez Marie ».

Une nouvelle étude a révélé l’influence positive de l’anastrozole sur la prévention du cancer du sein. En effet, ce dernier réduirait de moitié les risques de développer ce cancer chez les femmes ménopausées.

Selon l’Institut National du Cancer, les cancers du sein ont causé 14% des décès féminins en 2018. Il s’agit également du premier cancer chez la femme, loin devant le cancer du côlon et celui des poumons. Une nouvelle étude publiée dans la revue The Lancet a dévoilé qu’un traitement permettrait de réduire de moitié les risques de cette maladie pendant 10 ans.

Commercialisé sous la marque Arimidex, l’anastrozole parviendrait à protéger les femmes du cancer du sein en agissant sur la production des hormones oestrogènes. Une avancée considérable, ces dernières seraient l’une des principales causes du cancer du sein.

Afin d’aboutir à cette conclusion, les scientifiques ont débuté leurs recherches en février 2003. Pour les besoins de l’étude, 3 864 femmes ménopausées ont été observées. Ces participantes ont été recrutées, car aucune d’elles n’avaient manifesté de cancer du sein, mais elles étaient susceptibles d’en développer un. Les candidates ont été divisées en deux groupes : le premier composé de 1 920 femmes a reçu une injection d’1 mg d’anastrozole par jour, le second avec 1 944 femmes a consommé un placebo par jour.

L’anastrozole recommandé par des institutions

Les 5 premières années de traitement par anastrozole ont été les plus significatives. Le risque de développer un cancer du sein a chuté à 53%. L’étude ajoute également qu’une « réduction de 58 % de l’incidence du cancer du sein invasif à récepteurs d’œstrogènes positifs et une réduction de 70 % de l’incidence du carcinome ont été observées pour l’anastrozole « .

Pendant les 10 années de recherches, 250 cancers ont été rapportés aux scientifiques : 85 étaient des femmes sous anastrozole et 165 sous placebo. Au final, l’étude a rapporté que  » 49% des cancers du sein ont été réduit avec l’anastrozole « .

Depuis la fin de l’étude, en janvier 2012, le National Institute for Health and Care Excellence, un organisme dépendant du ministère de la Santé au Royaume-Uni, a recommandé l’utilisation de l’anastrozole pour la prévention du cancer du sein chez les femmes ménopausées. Le US Preventive Services Task Force, un groupe d’experts indépendants américains, a également soutenu son usage.