Ces propriétaires privés de partis…tuent la démocratie…

Limogeage, restructuration à tout va : Quand des partis deviennent des propriétés privées

Le Professeur Issa Sall l’apprend à ses dépens. Le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) est un bien de Serigne Moustapha Sy, guide du mouvement Moustarchidine wal Moustarchidaty. Au PUR qui est sa propriété privée, c’est lui qui nomme, qui dégomme qui il veut. Ainsi, est le PUR dans son fonctionnement. Sa création s’est faite dans des conditions particulières, et répondait à un besoin de son fondateur de disposer d’un appareil politique qui lui permet d’exercer la pression sur nos gouvernants.

Peu importe pour le guide des Moustarchidines de la personnalité de celui qu’il confie les rênes de son parti, pourvu seulement qu’il exécute ses ordres. Le Pr Issa Sall, du fait de son rang d’intellectuel en refusant d’être ravalé au rang d’une marionnette qui n’exécute que des ordres du chef, a été démis de ses fonctions. Serigne Moustapha Sy aurait même pu s’épargner d’organiser un congrès pour démettre de ses fonctions, le Pr Issa Sall. Une simple circulaire adressée aux instances du PUR aurait suffi largement. Le PUR est une propriété privée. Pas besoin au fond, de réunir les instances du parti pour décider du sort d’un individu dont on veut se débarrasser.

Le Parti démocratique sénégalais (PDS), une autre formation politique transformée en propriété privée en donne l’exemple. Son secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade n’a pas eu besoin d’un congrès ou de réunir les instances du parti pour procéder à un réaménagement du secrétariat national. Il l’a voulu ainsi et cela se déroule ainsi. Le patron de Rewmi Idrissa Seck, depuis la création de son parti n’a jamais tenu de congrès. Pourtant, voilà un parti où on procède régulièrement à des nominations, certains de ses membres bénéficient de promotion, d’autres sont destitués, parce que tout simplement Idrissa Seck en a décidé. Qui veut contester peut donc emprunter la porte de sortie du parti. Point barre.

Combien de fois, au PVD, on a procédé à des nominations ou destitué des hommes et des femmes. Selon les humeurs du patron Serigne Modou Kara Mbacké, qui s’assoit dans le fauteuil de numéro 2, peut s’attendre à être éjecté de son poste à tout moment. C’est, lassé par une telle situation, qu’El Hadj Ibrahima Sall a quitté le PVD pour créer sa propre formation politique. Le Pr Issa Sall peut s’en inspirer. Il ne lui sert en rien de vouloir contester son éviction de son poste de coordonnateur du PUR. S’il veut continuer à se faire une place dans le landerneau politique, il lui faudra alors créer son parti.

La rédaction de Xibaaru