Révélations ! Les lettres de soutien des fédérations du PDS à Wade…sont fausses

Quand Wade impose les lettres aux Fédérations du PDS

Dans la crise qui oppose le secrétaire général national du PDS, Abdoulaye Wade a certains hauts responsables dudit parti, il y a la partition jouée par les fédérations du parti au Sénégal et à l’international. Et toutes ces fédérations ont écrit des lettres de soutien à Abdoulaye Wade mais aussi affirmé leur choix en la personne de Karim Wade comme le candidat du Parti.

Et la similitude entre ces lettres de soutien a attiré l’attention de xibaaru qui pose une question : « Ces lettres ont-elles été écrites librement par ces fédérations ou elles leur ont été imposées ? La dernière lettre de soutien est celle de la fédération départementale de Tivaouane du Parti Démocratique Sénégalais en date du 31 Aout 2019. Et elles comportent les mêmes mentions.

Toutes ces lettres ont la même fin…Voici quelques-unes de ces lettres :

PDS Gabon

Vive le combat

Vive le PDS Fédération Gabon

Vive Notre Candidat Karim MEISSA WADE.

Fait à Libreville, le 29 Août 2019

PDS Mali

Vive le PDS

Vive le Frère Secrétaire Général National

Vive le candidat Karim Meissa Wade

Fait à Bamako le 30 août 2019

PDS Ghana

Vive le Sénégal

Vive le PDS

Vive notre Candidat Karim Meïssa WADE.

Fait à Ghana 31 Août 2019

PDS côte d’ivoire

Vive le Sénégal

Vive le PDS

Vive notre Candidat Karim Meïssa WADE.

Fait à Abidjan le 30 Août 2019

Toutes ces lettres partagent la même expression : « Vive notre Candidat Karim Meïssa WADE. »

Candidat à quoi ? A la présidentielle de 2019 ou de 2024…Peut-être candidat à la succession de son père Abdoulaye Wade à la tête du PDS ?

Mais comment toutes ces lettres ont eu les mêmes expressions en bas de page ? C’est simple : elles leur ont été dictées…Et selon des sources « la prolifération de ces lettres aux expressions identiques est l’œuvre de pape Saër Gueye, le nouveau secrétaire général adjoint, chargé de l’Extérieur et des Emigrés »…

Leur objectif : gagner la bataille de com et délester les « rebelles » de tout soutien…

La rédaction de xibaaru