C’est gâté au dialogue national…Entre Famara Sagna et le Général Niang

Dialogue national : L’acte qui pourrait diviser la Commission politique au Comité de pilotage

Le communiqué que vient de sortir la Commission politique du Dialogue national est tout curieux. Ce communiqué est une mise en garde adressée au Comité de pilotage du Dialogue national. Après avoir rappelé que sa mise en place est antérieure au Comité de pilotage du Dialogue national, et qu’elle fonctionne depuis le 12 juin 2019, la Commission, tout en faisant savoir son mode de travail et de fonctionnement, indique que la mise en œuvre des mesures consensuelles qu’elle a adoptées « est du ressort exclusif du Président de la République qui en a pris l’engagement en tant que seule autorité de validation ».

Voilà pourquoi, à travers le document, elle « réaffirme son autonomie et met en garde contre toute tentative de remise en cause de sa composition, de son fonctionnement et de ses décisions consensuellement actées ». Une véritable mise en garde donc, lancée au Comité de pilotage du Dialogue national. Qu’est-ce qui peut justifier une telle sortie ? A y voir de près, la Commission politique du Dialogue national met en garde le Président Famara Ibrahima Sagna contre les autres partis de l’opposition qui ont refusé de participer au Dialogue national ?

Homme de consensus, le Président Famara Ibrahima Sagna qui jouit d’une bonne réputation auprès d’hommes politiques comme Me Abdoulaye Wade, Mamadou Lamine Diallo du mouvement Tekki… pourrait profiter de cette position, pour recueillir leurs avis sur certaines questions afin de présenter au Chef de l’Etat, au terme de sa mission, un rapport émanant d’un consensus plus large, car tenant compte des avis aussi bien, des participants aux travaux du Dialogue que ceux qui le boycottent.

Ce qui ne ferait que créer des frustrations dans les rangs des participants au Dialogue national, surtout du côté des partis de l’opposition qui ont accepté d’y prendre part. Ces derniers ont subi toutes sortes de quolibets et d’attaques de la part de leurs homologues de l’opposition, notamment Mamadou Lamine Diallo et Ousmane Sonko.

La rédaction de Xibaaru