Cheikh Oumar Hanne…démission forcée ou limogeage obligatoire

Publication du livre de Pape Alé Niang : Le désarroi s’installe chez Cheikh Oumar Hanne

L’ancien Directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) promu ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Cheikh Oumar Hanne se retrouve au cœur de l’actualité. Les Sénégalais s’étaient émus, après avoir pris connaissance du rapport de l’Office national de lutte contre la corruption et la concussion (OFNAC) épinglant sa gestion. C’est ce rapport qu’a bien voulu exploiter en large, notre confrère, chroniqueur Pape Alé Niang à travers son ouvrage intitulé : « Scandale au cœur de la République : Le dossier du COUD ».

Cheikh Oumar Hanne doit apporter des éclaircissements aux Sénégalais sur les nombreuses malversations dont il fait l’objet d’accusations à travers ce rapport traité par Pape Alé Niang dans son livre. En réalité, le Chef de l’Etat Macky Sall avant même de le promouvoir au rang de ministre, et par respect pour les Sénégalais, aurait dû avant tout, exiger que toute la lumière soit faite publiquement sur cette affaire. Depuis, du temps du régime du Président Abdou Diouf en passant par celui de Me Abdoulaye Wade jusqu’à Macky Sall, le COUD est considéré aux yeux de l’opinion, comme étant une société nationale servant les activités du parti au pouvoir. Une société servant à entretenir la clientèle politique. L’Etat du Sénégal gagnerait à laver cette image gardée par les Sénégalais du COUD.

Au lieu de tout cela, l’on découvre que Cheikh Oumar Hanne doit être un « homme puissant ». L’homme est si « puissant » que l’on découvre qu’il existe une structure dénommé le Collectif des boucliers de Cheikh Oumar Hanne qui comme son nom l’indique, est un rempart pour sa défense. Un collectif créé à l’occasion et qui, comme toute structure fantôme de son genre n’est composée que de deux pelés et trois tondus. Nous osons croire que ni Mme Nafi Ngom Keïta, ancienne Présidente de l’OFNAC, ni Pape Alé Niang auteur du livre ne se laisseront émouvoir par un collectif fantôme, symptôme d’un désarroi.

A Cheikh Oumar Hanne, il ne lui reste qu’une seule chose. Rendre compte aux Sénégalais, en apportant des réponses précises à toutes les dénonciations sur gestion au COUD dont il fait l’objet. Tout le reste ne serait que du bla-bla.

La rédaction de Xibaaru