Covid-19 : « Le confinement est-il la solution » (Dr Kanny Toure Kaire)

Après mon bref séjour au Sénégal, et un retour assez morose en France ce 30 octobre 2020, marqué par le reconfinement tant redouté, je ne peux m’empêcher de poser ce débat en si bon matin.
Ce 20 octobre 2020, j’ai atterri au Sénégal, mon pays de naissance, une ancienne colonie Française de l’Afrique de l’ouest qui compte aujourd’hui un peu plus de 16 millions d’habitants.
Mon dernier séjour remontait au 21 février 2020 juste avant les premiers ravages de cette pandémie de la COVID 19.
J’ai été assez surprise de retrouver ce pays sans changement notable de comportement à l’exception de quelques masques vus ça et là en ville sous le menton, rarement au bon endroit sauf dans certains services administratifs. Les gens continuent de vaquer à leurs occupations habituelles avec très peu de gestes barrière qui seraient d’ailleurs difficiles à réaliser, il faut le reconnaitre au vu de la densité de population par M², la forte chaleur et les sudations qui rendent les masques ineffcaces au bout de quelques minutes de port. Par ailleurs, le Sénégal vient de vivre le 6 octobre dernier, le grand Magal de Touba qui voit se réaliser le plus grand exode national du pays avec des déplacements de millions de popultaions vers un seul endroit : TOUBA
Et pourtant offciellement, au 31 octobre, ce beau pays ne compte que 15 616 cas positifs avec 324 décès. Aucune recrudescence suite au Magal. Qu’est ce qui explique ces faibles prévalence et mortalité de la maladie.
– Une population jeune :   80% de la population sénégalaise a moins de 45 ans
– Les fortes chaleurs et la pollution : Santé publique France avait démontré expérimentalement que le covid 19 peut être inactivé par une augmentation de la température.
– La mélanine qui protègerait de cette nouvelle maladie ? aucune preuve scientifique établie pour le moment…
– Des formes bénignes de COVID 19 avec une certaine immunité collective atteinte : plusieurs personnes rencontrées présentent ou ont présenté des symptômes de la COVID 19. Mais pas de test réalisé, évolution sans gravité. Comme pour toutes les maladies endémiques, l’immunité naturelle fait le nécessaire faute de soins spécifiques
Ainsi, voilà une population, qui ne pouvant appliquer les mesures barrière telles que définies dans les pays du Nord, du fait de son contexte culturel, social et sociétal, mais surtout du fait de son économie majoritairement informelle a décidé de VIVRE avec le virus en continuant de fonctionner comme avant. Les observations, avec le recul ne leur donnent pour le moment pas tord.
La covid 19 n’a pas d’incidence, ni de prévalence plus élevée que les autres maladies qui ont beaucoup sévi et qui continuent de faire des ravages en Afrique. Alors il est peut-être censé de se dire : pourquoi fragiliser en plus l’économie d’autant plus que cette maladie n’est pas plus grave ni plus mortelle que les autres.
Ainsi la France adopte t’elle la bonne stratégie ? Un premier reconfinement pour mieux connaitre la maladie, mieux se préparer au niveau opérationnel afin de bien appréhender la maladie était compréhensible. Mais aujourd’hui, reconfiner TOUT le territoire et TOUTES les populations est elle la solution ?
Maintenant qu’on a identifié les populations vulnérables, est-il pertinent d’exposer les populations non vulnérables à une autre maladie économique ?
Ce reconfinement ne va-t-il pas fausser le bon ciblage des actions ?
Les efforts sont ils déployés au bon endroit…
Je suis rentrée en France ce vendredi après un séjour à l’étranger sans aucun contrôle …
Etre en guerre comme nous l’a souvent martelé le Président de la république, est-ce se mettre dans une bulle pour observer et attendre que le virus s’en aille ?
Vivre avec le virus comme nous l’a suggéré également le Président, est-ce d’être cloitré à domicile en dehors du travail, ne plus avoir de loisirs, ni de vraie vie de famille ?
Voilà des sujets de réflexion qui ne cessent de trotter dans ma tête après cette petite escapade entre mon pays de naissance et mon pays d’adoption
Dr Kanny Toure KAIRE
Spécialiste en santé publique