Dakar Dem Dikk : Il est temps de stopper Me Moussa Diop

Me Moussa Diop, le Directeur général de Dakar Dem Dikk (DDD) se polit l’image d’un personnage intouchable. Me Moussa Diop veut entretenir la réputation de l’homme qui, à Podor, contrôle tout le département. Qui ne se souvient de sa bourde commise au lendemain de l’élection présidentielle de février 2019, lorsqu’il lançait que parce que les populations de Touba n’avaient voté massivement au profit du Président Macky Sall, que l’autoroute « Ila Touba » devait être abandonnée. A sa place, c’est « Ila Fouta » qui devait être construite.

Une bourde qui avait choqué et indigné plus d’un. Me Moussa Diop avait dérapé, et failli créer une tension entre les hal pulaars et toute la communauté religieuse mouride du Sénégal. A défaut d’obtenir « Ila Fouta », Me Moussa Diop a créé lui-même « Fouta Ya Ngarta (Fouta Dem Dikk) ». Des bus de la société Dem Dikk pour faire la navette jusqu’à Podor. Un projet dénoncé de toutes forces par les travailleurs de la société Dakar Dem Dikk mais aussi par le regroupement des transporteurs de Podor.

Il ne se passe plus une seule semaine, sans que la presse ne relaie certaines décisions de Me Moussa Diop qui viennent susciter la colère auprès des travailleurs de Dakar Dem Dikk. Me Moussa Diop est le seul responsable à la tête d’une société nationale, à entretenir son service dans la tension sociale permanente.

Me Moussa Diop se distingue à nouveau. Cette fois, il a licencié, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de Dakar Dem Dikk, Diatta Fall. Selon les travailleurs de la société qui comptent déposer une plainte pour abus de pouvoir contre Me Moussa Diop, ce dernier a licencié Diatta Fall pour avoir osé dénoncer la création « d’emplois fictifs » au sein de leur société.

Les travailleurs ne comptent pas se laisser faire, d’autant qu’ils annoncent que deux autres procédures de licenciement sont encore en cours à Dakar Dem Dikk. Le Président de la République doit se pencher sur la situation à Dakar Dem Dikk. Il est vraiment temps de stopper Me Moussa Diop.

La rédaction de Xibaaru