Ultimate magazine theme for WordPress.

Revue de presse…Le débat sur la modification de la loi électoral à la UNE

Un vendeur de journaux dans les rues Dakar
0

L’actualité politique est traitée en priorité par les journaux du week-end qui s’intéressent, entre autres, à l’action judiciaire intentée par des députés de l’opposition contre la loi réduisant le nombre de parlementaires élus à la proportionnelle.

L’Assemblée nationale a voté le 15 avril une loi augmentant le nombre de députés appelés à être élus sur la majoritaire au détriment des listes proportionnelles.

Cela a été la conséquence d’un défaut d’accord entre les parlementaires de la majorité et de l’opposition sur une augmentation du nombre d’élus qui devait passer à 172. Il a finalement été maintenu à 165.

Des députés en désaccord avec cette modification de la loi électorale ont ainsi fait part vendredi de leur décision d’attaquer cette loi au Conseil constitutionnel.

‘’17 députés de l’opposition déposent un recours pour l’annulation de la modification du Code électoral’’, rapporte L’Observateur.

Pour la publication, la conviction de ces parlementaires de l’opposition est que la loi n° 2021-35 du 23 juillet 2021 portant Code électoral, votée le 15 avril dernier à l’Assemblée nationale, ne serait pas conforme à la Constitution.

‘’Le nombre de députés est maintenu à 165, mais ce sera en attendant que le Conseil constitutionnel se prononce sur la requête introduite par 17 parlementaires qui veulent l’annulation de cette loi réduisant la nationale de 60 à 53 élus’’, souligne le journal Bes Bi qui n’hésite pas à évoquer un ‘’gros rebondissement’’ sur la loi.

‘’Des députés jouent la prolongation’’, estime le quotidien l’AS au sujet de la saisine du Conseil constitutionnel. ‘’Alors qu’on pensait que l’équation était résolue, des députés étaient en train de murir un plan pour remettre en cause cette modification du Code électoral.

Walf Quotidien a déjà les élections législatives du 31 juillet prochain en ligne de mire en s’intéressant au choix de la tête de la liste nationale de la coalition présidentielle.

‘’Dans la majorité présidentielle, tout le monde est suspendu à la volonté d’un seul homme (Macky Sall) pour savoir à quelle sauce l’on sera assaisonnée aux prochaines élections législatives. A trois mois de cette échéance, le président de Benno Bok Yaakar (BBY) semble faire face à un choix cornélien dans la désignation de la tête de gondole de ses troupes. Cela, pour éviter des votes sanctions ou que certains barrons ne croisent les bras et laisser le champ libre au déchaînement de Yewi Askan Wi, coalition d’une partie de l’opposition’’, croit savoir le journal.

Pour sa part, Enquête tente de percer les raisons du ‘’marasme dans les partis de gauche traditionnels’’.

‘’Les partis de gauche traditionnels qui ont joué un rôle dans les changements politiques et la consolidation de la démocratie au Sénégal souffrent d’un manque de leadership et d’une perte d’identité, depuis l’ère des grandes coalitions. Les forces progressiste qui peinent à s’imposer sur la scène politique sénégalaise sont aussi des victimes des mutations de l’échiquier politique sénégalais qui privilégient les postures d’hommes providentiels au détriment de projets de société portés par la gauche sénégalaise’’.

Pendant ce temps, Le Quotidien pointe une ‘’erreur médicale !’’, en évoquant une paralysie du système de santé du pays après deux jours de grève de tous les agents du secteur de la santé.

‘’Le Sénégal a traversé deux jours autant redoutés qu’inqualifiables, qui montrent une situation claire : le malaise est immense, le mal profond. Avec les deux jours de paralysie du secteur de la santé, il est apparu urgent de procéder à un changement devenu incontournable de l’analyse des mouvements de grèves’’, souligne le journal du groupe Avenir communication.

Le Soleil met également la santé en s’intéressant au ‘’difficile quotidien’’ des insuffisants rénaux. A Touba, les malades du rein et hémodialysés vivent une situation difficile aux côtés des soignants. Dans cette cité religieuse, où ces pathologies font des ravages, les malades appellent à une gratuité totale des séances de dialyse, relaie le journal.

Source APS

laissez un commentaire