Ultimate magazine theme for WordPress.

Affaire des homos aux élections locales : la main de Sonko derrière les…

0

L’affaire de la loi sur la criminalisation de l’homosexualité rejetée par la majorité des députés à l’Assemblée Nationale, continue de faire des vagues. Les associations qui militent pour la criminalisation de l’homosexualité accusent le gouvernement et sa majorité parlementaire de vouloir faire la promotion de des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres). Une accusation qui a été servie aux électeurs pour dénigrer la liste Benno Bokk Yaakaar aux élections locales. Mais plusieurs observateurs y voient la main subtile d’une opposition derrière cette campagne de « diabolisation ».

« La question de l’homosexualité aurait eu un impact considérable sur le verdict des urnes » selon plusieurs analystes politiques. Des camions sonorisés balançaient dans plusieurs villes religieuses, surtout à Touba, que « voter la liste de la mouvance présidentielle, c’est voter pour les homosexuels ». Et pire, les dénigreurs sont allés jusqu’à dire que « si vous votez pour cette liste, vos enfants seront demain des homosexuels ».

Une campagne qui a fait sortir le président de la République de ses gonds au lendemain de la publication des résultats des élections locales du 23 janvier dernier : « Sans détour, sur un ton ferme, le chef de l’Etat est monté au créneau pour rétablir la vérité, donner la bonne information [et] réaffirmer avec force la position officielle de l’Etat du Sénégal sur cette question » témoignent des journalistes ayant assisté à la rencontre entre le président et l’association des imams et Oulémas du Sénégal. « Le président de la République dit ne pas comprendre la polémique sur l’homosexualité (…) A en croire Macky Sall, il n’a jamais été question de dépénaliser l’homosexualité ».

Si le président ne comprend rien dans la démarche de ses détracteurs qui le mettent à mal avec les populations et surtout les cités religieuses, l’association qui milite radicalement pour la criminalisation de l’homosexualité « And Sam jikkoyi » ne compte pas s’arrêter dans sa lutte. Le mouvement compte organiser un grand rassemblement national le 20 février prochain sur toute l’étendue du territoire national.

Le coordonnateur de « And Sam jikkoyi », Ababacar Mboup, considère que le bureau de l’Assemblée nationale a jugé, sans le justifier, irrecevable la proposition de loi portant criminalisation de l’homosexualité. Il fustige ainsi la procédure du bureau de l’Assemblée nationale et considère que ce dernier a outrepassé ses prérogatives. « Il nous faut rappeler qu’un acte administratif doit être toujours signé, daté et notifié à qui de droit. Le bureau n’a notifié au porteur de la proposition de loi ni la réception de ladite proposition ni son supposé rejet », fustige-t-il avant de livrer à la vindicte populaire la liste des députés qui sont à l’origine de ce rejet.

« N’oubliez jamais ces députés qui ont bloqué la proposition de loi : Aymerou Gning, Moustapha Niasse, Gadio, Alé Lo, Daouda Dia, Ndaye Sira Ndiaye, Ndaye lucie Cisse, Abdou Mbow, Aichatou sow Diawara… »

Mais le coordonnateur de « And Sam jikkoyi » semble oublier le leader du parti Les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), Ousmane Sonko, sur sa liste. Ce dernier n’a jamais milité pour la criminalisation de l’homosexualité ; Il ne s’est jamais impliqué et s’est absenté lors du rejet de cette loi. Il aurait pu être à l’assemblée et voter pour. Mais Ousmane Sonko a fui l’hémicycle. Son attitude a même été fustigé par les activistes.

Toujours fidèle à sa conduite, l’activiste Karim Xrum Xax s’est attaqué à Ousmane Sonko sur son absence dans le combat pour la criminalisation de l’homosexualité. Selon l’activiste, le leader de Pastef ne s’est pas trop impliqué dans le combat. « Ousmane Sonko ne s’est pas engagé comme il se doit dans la lutte pour la criminalisation de l’homosexualité au Sénégal et cela me fait mal. Vu son statut, c’est lui-même qui devait proposer cette loi », lançait l’activiste.

homo
Ousmane Sonko du Pastef (à droite) et Ababacar Mboup de And Samm Jikko Yi

Alors pourquoi dénigrer la liste de la mouvance présidentielle et oublier celle de Sonko ? Et pourtant, Ousmane sonko est un député de l’opposition qui n’a pas voté pour cette loi…Cet acharnement du coordonnateur de « And Sam jikkoyi », Ababacar Mboup sur Macky Sall et Benno Bokk Yaakaar et son admiration pour Sonko font douter de son impartialité. Et si Ababacar Mboup était un des bras armés de Sonko pour dénigrer Macky Sall dans les foyers religieux ? Certains observateurs y voient aussi la main subtile de Sonko derrière ces activités de dénigrement…

La rédaction de xibaaru

laissez un commentaire