Dr Babacar Ndiaye, pharmacien-biologiste : « Les graves conséquences de la prise de sang pour les permis de conduire… »

Ancien président de l’association des internes des hôpitaux de Dakar, Dr Babacar Ndiaye alerte sur la façon dont on fait la prise de sang pour l’obtention de nouveaux permis numérisés. Ce pharmacien biologiste à l’institut Pasteur soutient que l’Etat devait accompagner cette mesure avec des sites appropriés au risque de causer des accidents transfusionnels aux patients victimes d’accident de la circulation. Car, cela peut provoquer, selon lui, des décès.

Les détenteurs d’anciens permis se bousculent dans les sites ciblés pour l’obtention du nouveau document numérisé. Mais, certains déplorent la façon dont on fait les prises de sang groupées. En tant que pharmacien-biologiste quelle est votre réaction ?

Oui aujourd’hui beaucoup de gens font le rush pour se faire un permis de conduire. Maintenant, il faut nécessairement avoir un groupage car cela fait partie des dossiers qu’il faudra déposer. Alors quand la mesure était sortie, nous en tant que personnel de santé, nous avons applaudi. Parce que cela va permettre de faciliter la prise en charge des blessés en cas d’accident. Cependant, ce qui devait se passer c’est qu’il devait y avoir des sites appropriés à délivrer un groupage. Parce qu’un groupage est peut-être un examen simple, mais une erreur de groupage peut être fatale. Aujourd’hui il y a des gens qui se déplacent dans des garages pour faire le groupage aux gens moyennant la somme de 1500 ou 2000 FCFA et il y a des risques. Nous qui sommes dans les structures qui ont les moyens, nous avons eu aussi à voir des cas de groupages qui ont été délivrés et en les examinant, on s’est rendu compte que ce n’est pas le bon groupe sanguin qui a été délivré.

Quels sont risques que cela peut engendrer ?

Imaginez quelqu’un qui est du groupe A+ fait un accident de circulation et on lui donne un groupe B+. Ainsi, il y aura ce qu’on appelle un accident transfusionnel. La plupart du temps, cela ne pardonne pas c’est pourquoi l’Etat devait accompagnée cette mesure par des centres qui sont les seuls habilités à délivrer un groupage. Ceci, pour éviter toute erreur. C’est important. Nous n’allons peut-être pas voir les conséquences aujourd’hui mais demain on peut avoir un patient et nous en tant que personnel de santé, si on se base sur le groupage qui est sur le permis pour pouvoir faire la transfusion, on risque de commettre beaucoup d’erreurs transfusionnelles et là ce sera dommage.  C’est pourquoi je demande à ceux qui ont eu à faire le groupage dans les garages, dans la rue ou dans des structures qui ne sont pas appropriées d’aller dans les centres qui sont habilités, même s’ils ont déjà le permis, à aller faire correctement leur groupage.

Quel message lancez-vous à l’Etat ?

Il y a un message que je voudrais adresser aux autorités est qu’elles prennent leurs responsabilités pour que les gens qui ont eu à faire des groupages dans des structures qui ne sont pas formelles puissent aller dans celles appropriées pour pouvoir vérifier si le groupage qu’on leur a délivré est conforme ou non. Egalement, je demande aux personnels de santé de ne jamais se baser sur le groupage mis sur le permis de conduire parce qu’on ne sait pas où est-ce qu’il a été délivré. Sinon, un accident transfusionnel peut se produite et dans ce cas, s’il n’y a pas de structure pour prendre en charge le patient, il décède.