Ultimate magazine theme for WordPress.

Emploi des jeunes : « Le chef de l’État avait déjà anticipé » (Biguine Guèye)

Mamadou Biguine GUEYE, Coordonnateur national du Mouvement Malaw/APR Fatick
0

Conseil National pour l’Insertion et l’emploi des jeunes (CNIEJ) : Le chef de l’État avait déjà anticipé !…Par Mamadou Biguine Gueye

Par décret, le président de la République a créé le CNIEJ pour l’accompagnement des jeunes diplômés et apprentis.Ledit décret renseigne que la création de cette structure survient dans un contexte de recrudescence du phénomène de l’émigration irrégulière et son lot de désagréments. S’y est ajouté récemment le cri de détresse de toute une jeunesse qui manifesta non pas pour une quelconque opposition, mais pour communiquer avec son président. Suffisant pour que le chef de l’exécutif mit le pied sur l’accélérateur en allant plus loin quant aux préoccupations de cette importante frange de la population.

Le 3 avril dernier, Macky Sall annonça des mesures fortes qui promettent des débuts de mise en œuvre à partir du mois de mai prochain. Revenant au CNIEJ, l’actuel numéro 1 du Sénégal avait pris le taureau par les cornes 4 mois avant les manifestations de rue du mois de mars dernier. Ce qui prouve que l’homme jouit d’une vision claire et d’un sens réel de l’anticipation.Pour le CNIEJ, l’objectif pour rappel, est, d’une part, ‘’de former les jeunes à des métiers qui répondent aux besoins de l’économie et du marché du travail’’ et, d’autre part, ‘’d’accompagner les diplômés et les apprentis à bien entrer dans la vie professionnelle et économique’’.

Ce conseil vient s’ajouter donc à de nombreuses initiatives déjà existantes. Il vise à résoudre les problèmes d’emploi au Sénégal et se veut un organe stratégique d’impulsion et de suivi-évaluation des politiques d’appui à l’emploi des jeunes. Rappelons que le CNIEJ est présidé par le chef de l’Etat et il comprend un comité permanant co-présidé par les ministres chargés de l’emploi et de la jeunesse. ‘’Ce comité est chargé d’assurer, en rapport avec les services de la présidence de la République, la préparation et le suivi des directives et instructions du chef de l’Etat, ainsi que la mobilisation efficace de l’ensemble des départements ministériels et acteurs impliqués’’.

Cette disposition du document est suffisamment révélateur et suscite l’espoir concernant la matérialisation imminente et le suivi des milliers d’emplois promis très prochainement à la jeunesse. Par le CNIEJ, le chef de l’État avait effectivement anticipé et en s’y appuyant, sa feuille de route sera à la fois très claire, très efficace et largement apprécié par les principaux concernés. Mais aussitôt par l’opinion nationale et internationale.En effet suivant toujours le document, le décret renseigne en outre que le conseil a pour mission de coordonner, de suivre et d’évaluer les politiques mises en œuvre en matière d’emploi et d’insertion des jeunes.

Le Conseil national pour l’insertion et l’emploi des jeunes (CNIEJ) est aussi chargé de proposer des actions tendant à ‘’améliorer la conception, la mise en œuvre et la coordination des politiques et de l’insertion professionnelles des jeunes. Mais surtout de faciliter les concertations avec tous les acteurs impliqués dans l’appui à l’emploi et à l’insertion professionnelle, d’adopter chaque année un rapport d’évaluation des politiques d’emploi et d’insertion des jeunes remis au président de la République’’. Ces dispositions ne recoupent elles pas parfaitement avec les attentes si on se réfère aux derniers engagements du président de la République en termes d’effectifs annoncés pour la résorption du gap quant à l’éternelle problématique de l’insertion et de l’emploi des jeunes

Le CNIEJ qui compte l’ensemble des membres du gouvernement ainsi que deux représentants du Haut conseil du dialogue social, deux représentants des organisations d’élus du territoire, quatre représentants des organisations patronales les plus représentatives, deux représentants des organisations des travailleurs les plus représentatives, un représentant du Conseil national de la jeunesse…constitue un organe transversale et s’avère assez représentatif des différentes couches socio économiques de notre pays. Sur les mesures les plus récentes concernant la question et annoncées par le chef de l’État, le CNIEJ a anticipé et est même d’encadrer avec le succès le plus singulier les nombreux emplois en gestation dans un futur très proche.

C’est en tout cas le sentiment le mieux partagé en attendant les dernières touches du président Macky Sall pour le bonheur de la jeunesse mais aussi pour l’honneur de ses efforts dans les politiques publiques.Le suivi promet et autorise à la confiance étant donné que le CNIEJ se réunit tous les six mois, sur convocation du président de la République. En plus de pouvoir se retrouver en session extraordinaire, à chaque fois que de besoin. La cartographie des demandeurs d’emploi étant déjà maîtrisée grâce à sa parfaite actualisation, cela est une autre raison de se rendre compte du flair du président dans l’anticipation. Cette attitude prouve une certaine volonté politique et elle s’avère salutaire. Le CNIEJ s’il est vite huilé, pourra être le catalyseur principal de tout ou partie de l’ensemble des programmes et projets visant l’emploi et l’insertion socio professionnelle de tous nos jeunes qui ne demandent qu’à être encadrés.

 

Mamadou Biguine Gueye Citoyen ! 

laissez un commentaire