Le dialogue national…à l’épreuve du 3ème mandat de Macky

Débat autour d’un troisième mandat : Et si le Dialogue national pouvait régler cette question ?

Depuis que Sory Kaba et Moustapha Diakhaté ont été limogés de leurs fonctions respectives de Directeur des Sénégalais de l’Extérieur et de ministre-conseiller pour avoir pris position et déclaré publiquement que le Chef de l’Etat, Macky Sall ne peut prétendre à un troisième mandat, la Constitution le lui interdisant, cette question est au centre des débats au sein de l’opposition. Le Président Macky Sall osera-t-il franchir l’interdit et briguer un troisième mandat en 2O24 ? La question mérite d’être clarifiée.

Elle peut et doit même être clarifiée par le biais du Dialogue national. Les acteurs politiques et membres de la société civile qui participent au Dialogue national doivent accepter de poser le débat et trancher définitivement la question. Le Dialogue national aura beaucoup plus de sens et de légitimité que si cette question est abordée et tranchée une bonne fois pour toutes. C’est-à-dire qu’il appartient aux acteurs du Dialogue politique de mettre la majorité présidentielle, en face de ses responsabilités pour qu’elle sache définitivement qu’aucun coup de force visant à imposer la candidature de Macky Sall ne sera toléré.

On a tous vu ce qui s’est passé en 2012, lorsque le Président de la République d’alors, Me Abdoulaye Wade, contre la volonté populaire s’était présenté au scrutin présidentiel. Me Abdoulaye Wade avait essuyé une cuisante défaite face à Macky Sall qui semble vouloir suivre ses traces. La République de Guinée est dans des troubles. Depuis quelques semaines, ils sont près de 2 millions de Guinéens à manifester pour s’opposer à toutes tentatives de vouloir modifier la Constitution pour permettre au Président Alpha Condé de postuler à un troisième mandat.

Tout ceci devrait pouvoir servir de leçons aux faucons de l’Alliance pour la République (APR) qui s’activent pour un troisième mandat du Président Macky Sall. Un tel coup de force ne passera guère. Et, l’on doit épargner au peuple de descendre dans les rues, en s’opposant à un troisième mandat du Président Sall, au prix de sang qui pourrait être versé. Les participants au Dialogue national ont alors la responsabilité de mettre ce débat sur la table et de trancher une bonne fois la question pour que tous les regards soient alors tournés ailleurs.

La rédaction de Xibaaru