Fast Tract…la trouvaille mort-née de Macky

La santé est malade, les routes tuent, l’insécurité devient galopante avec des agressions et des meurtres, les inondations sont de retour avec leur lot de dégâts, les écoles privées expulsent les étudiants et refusent de recevoir les nouveaux bacheliers, l’opération Tabaski soldée par un échec avec le manque de moutons le sport trébuche à la deuxième place avec les lions ai football et les lionnes du basket, les projets comme le TER à l’arrêt, les finances sont malades. Autant de complainte qui font que le modèle Fast tract tant chanté par les pro Macky connait un échec constaté par tous. L’absence d’un coordonnateur de l’action gouvernementale explique en grande partie le retard sur l’exécution rapide des dossiers de l’État. D’ailleurs, certains réclament le retour du poste de Premier Ministre comme avant, en charge de la coordination et servant aussi de trait d’union entre l’État et ses administrés.
Aucune solution n’est encore trouvée pour sortir les populations des eaux à Dakar et sa banlieue, Saint-Louis, Kaolack, Kaffrine, Matam et autres.
L’absence de politique financière capable de booster l’économie sénégalaise avec un Ministre des Finances en manque d’inspiration et d’expérience plombe le pays.
L’autre facteur bloquant du Fastract est le manque d’hommes capable de le mettre en pratique car la plupart des ministres du gouvernement sont à leur premier coup d’essai ou bien ne sont pas affectés dans leur domaine, ce qui fait que rien ne bouge.
Peut-être que les quelques jours de vacances du chef de l’État vont lui permettre de peaufiner d’autres stratégies capables de faire bouger les choses. Ce qui justifie l’imminence d’un remaniement ministériel. Sans quoi le Fastract ne serait qu’un malheureux échec.

Abdou Marie Dia pour xibaaru.sn