Fin du cessez-le-feu entre Macky et…Wade en colère

Rapport OFNAC sur l’affaire Pétro-Tim : Le fossé s’élargit entre Me Abdoulaye Wade et Macky Sall

Alors que la polémique enfle sur l’ouvrage du journaliste, chroniqueur Pape Alé Niang dans lequel ce dernier exploite largement un des rapports de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC), un autre de cette institution va faire parler de lui. Le quotidien Libération révèle que l’OFNAC qui avait été saisi sur l’affaire Pétro-Tim lave Aliou Sall et enfonce Karim Wade. « Aucun élément probant n’a été relevé concernant les accusations contre Aliou Sall », note le rapport.

Aliou Sall lavé à grande eau, l’OFNAC épingle Karim Wade. Selon l’OFNAC : « Les contrats de Pétro-Tim ont été antidatés car étant établis au mois de mars et datés du 17 janvier 2012. De tels faits sont imputables principalement à l’ancien ministre de l’Energie en l’occurrence Karim Wade et à Monsieur Ibrahima Mbodj, ancien Directeur de Pétrosen », fait remarquer cette structure dirigée par la magistrate Seynabou Ndiaye Diakhaté.

L’OFNAC ne s’en est pas seulement limité à épingler Karim Wade et Ibrahima Mbodj, il soutient à leur encontre : « Ils peuvent être poursuivis pour délit de faux et d’usage de faux dans un document administratif prévu et puni par les articles 137 et 138 du Code de procédure pénale ».

Avec la publication de ce rapport qui innocente le frère du Président de la République Macky Sall et qui rejette la responsabilité sur le fils de son prédécesseur au Palais, Me Abdoulaye Wade, la rupture entre les deux hommes devient de plus en plus définitive. Me Abdoulaye Wade qui depuis, ses retrouvailles avec le Président Macky Sall, s’attendait à voir son fils être réhabilité, se retrouve à nouveau déçu. En lieu et place d’une réhabilitation, Karim Wade se trouve sous la menace d’une nouvelle poursuite avec la recommandation de l’OFNAC qui évoque le délit de faux et d’usage de faux dans un document administratif.

C’est le rêve de Me Abdoulaye Wade de voir son fils revenir bien vite au Sénégal et prendre définitivement les commandes du Parti démocratique sénégalais (PDS) qui s’écroule. En même temps que ce rêve s’écroule, Me Abdoulaye Wade trouve là une autre raison de se radicaliser contre le régime du Président Sall.

La rédaction de Xibaaru