Gestion de la Covid-19 : Lettre ouverte au Président Macky Sall…

Lettre ouverte au Président Macky Sall

Excellence, Monsieur le Président de la République, je viens par cette contribution vous inviter en tant que citoyen à une évaluation à mi-parcours de la stratégie de riposte que vous avez mise en place depuis plus de trois mois.

Dans la distribution de kits alimentaires, force est de reconnaitre qu’il y des manquements qu’on pouvait éviter. Rien n’enlève certes au ministère du développement communautaire la légitimité de cette mission, mais il existait déjà un dispositif constitutionnel qui pouvait réussir l’opérationnalisation de cette volonté gouvernementale dans l’efficacité et dans la transparence. Il s’agit des démembrements du ministère de la santé et de l’action sociale que sont les services régionaux de l’action sociale (SRAS) dans les quatorze régions, les services départementaux de l’action sociale (SDAS) dans les quarante-cinq départements et des centres de promotion et de réinsertion sociale (CPRS) dans certaines communes. 

Si la mission était assignée à ces ressources humaines de qualités formées dans la première et la plus grande école de service social en l’Afrique de l’Ouest, on allait sans doute éviter cette révolte des populations qui voient une politisation de la distribution des kits alimentaires. Ces services déconcentrés disposent des bases de données scientifiquement fiables par des enquêtes rigoureuses. De ce point de vue, la question du ciblage ne se poserait pas.  

A partir de ce moment, une question pertinente me taraude l’esprit Monsieur le Président de la République. Comment faire l’action sociale sans les véritables acteurs professionnels qui ont fait des années d’études sur les politiques sociales ? 

C’est regrettable que beaucoup confondent l’action sociale à la charité. Elle ne saurait être assimilée à l’assistanat même si elle l’intègre dans sa corbeille. Cette confusion se fait malheureusement même au plus haut sommet de l’étalage gouvernemental. 

Monsieur le Président, le paradoxe dans la composition du gouvernement est la conséquence de l’amalgame que font certains de vos ministres, directeurs généraux ou souteneurs d’une manière générale sur les plateaux. La dernière en date, c’est la sortie du directeur des domaines, Monsieur Mame Boye Diao sur une télévision de la place. Il a tenté de dissocier l’équité sociale à l’action sociale. Cette sortie était brillamment appréciée par la mouvance présidentielle alors qu’il est complètement passé à côté. Le candidat a échoué son examen.                                 L’équité sociale, tout comme le développement communautaire et le développement local sont tous des politiques de l’action sociale dans une approche systémique. C’est le même paradoxe que nous remarquons avec la création de la DGPSN (délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale). Cette institution budgétivore à coût de plusieurs milliards logée à la présidence exécute parallèlement les mêmes missions attribuées à d’autres institutions déjà existantes. C’est du gâchis incompréhensible. 

Dans le cadre de ma formation, j’ai eu à effectuer mon stage de mise en situation professionnelle pour une durée de trois mois au SRDC (Service régional du développement communautaire) de Sédhiou en 2018. A l’époque, ce département était installé au ministère de la femme, de la famille et de la protection de l’enfance. Cela prouve à suffisance que ce n’est pas un département dont son fonctionnement m’est inconnu.  

A la place d’un comité de suivi, la meilleure stratégie allait être de mettre en place un comité de pilotage qui regorgerait des compétences nécessaires pour la bonne conduite de cette mission. 

Aussi bien nous avons besoin des médecins dans les hôpitaux, nous avons besoin des spécialistes capables d’assurer une communication de crise et un travail social communautaire en cette période de pandémie. 

Le drame du Sénégal, c’est que tout le monde est spécialiste dans tous les domaines de spécialisations. Et tout le monde est expert en tout. 

Monsieur le Président, il est vrai que cette crise imprévue a chamboulé toutes les planifications de tous les gouvernements du monde. Dès lors, une riposte urgente et efficace s’impose sur les gouvernants. Et malheureusement pour le Sénégal, l’Etat dépense des milliards pour la formation de certaines ressources humaines sans exploiter leur savoir-faire. Il s’y ajoute les charges salariales. 

Monsieur le Président de la République, si des travailleurs sociaux spécialisés étaient au cœur du dispositif tout au début, vous n’allez pas certainement opter pour la distribution de kits alimentaires aux populations choisies sur la base d’un registre discriminatoire. 

Ceci étant dit, il était plus pertinent d’octroyer, soit des bons d’achats pour les bénéficiaires des villes ou encore utiliser les services de transferts d’argent sur la base d’un ciblage non pas du RNU (Registre national unique) mais sur la base de données des services de l’action sociale. Et mettre en place un mécanisme de contrôle pour les besoins de transparence de l’opération.                                                Au-delà de la quantité insuffisante de cette aide alimentaire, le mieux serait d’appuyer les populations en les laissant le libre choix de leur conduite alimentaire. En réalité, cette initiative est tout sauf nécessaire. 

N’est-il pas scandaleux qu’un ménage bénéficie d’une aide au détriment des autres dans une même concession alors qu’ils sont tous frappés par la Covid 19 ? 

Monsieur le Président, depuis plus de trois mois les gens s’acquittent de leur dépense quotidienne malgré toutes les difficultés sans l’aide alimentaire. 

Donc, n’était-il pas plus pertinent de subventionner les denrées alimentaires comme : le riz, l’huile, le sucre, la farine etc ?

Résultat : tout le monde devient bénéficiaire.  

Monsieur le Président de la République, un autre manquement grave est noté dans le suivi psychosocial des personnes contacts mises en quarantaine. Il est vrai que cette mission est confiée au personnel de l’action sociale. Ce qui est apprécié par tous les professionnels. Mais la catastrophe c’est la présence des secouristes ou moniteurs dans le dispositif d’accompagnement psychosocial. 

Conséquence : la révolte des patients dans les hôtels ou lieux de confinement.

Monsieur le Président de la République, savez-vous réellement qu’une telle responsabilité est confiée à des moniteurs ? 

Enfin, je vous invite Monsieur le Président de la République, d’agir en urgence pour mettre en place des équipes professionnelles pluridisciplinaires qui vont faire des interventions de masse dans l’accompagnement psychosocial et pour la réinsertion sociale des victimes de la Covid 19 qui souffrent véritablement de la stigmatisation. Ces équipes doivent être composées de psychologues, de psychiatres, de travailleurs sociaux et de sociologues. 

 

Malang FADERA, citoyen sénégalais, diplômé de l’ENTSS (Ecole Nationale des Travailleurs Sociaux Spécialisés).