Gims remplit le Stade de France

Le chanteur d’origine congolaise clôture sa tournée Fuego de manière simple et efficace avant une pause dans sa carrière, commencée avec les rappeurs de Sexion d’assaut.

Gims le premier artiste de musique urbaine française à remplir le Stade de France

Il avait la larme à l’œil, Maître Gims, samedi 28 septembre, au moment de remercier les 72 000 personnes qui ont participé à son concert au Stade de France. Bel apogée de carrière pour cet ancien rappeur du groupe Sexion d’assaut, qui, en ce début d’année, avait décidé d’abandonner le titre un peu ridicule de Maître. Beau point final également à sa tournée Fuego, qui suivait la sortie de son troisième album, Ceinture noire, aujourd’hui certifié disque de diamant (plus de 500 000 exemplaires vendus) et avant une pause dans sa carrière, promet-il, pour s’occuper de sa famille et d’un projet caritatif pour le continent africain.

Gims a donc réussi son pari : être le premier artiste de musique urbaine française à remplir le Stade de France, d’où cette phrase que son frère Dadju, en première partie, n’a cessé de répéter d’un air un brin pompeux : « Vous allez faire partie de l’histoire avec nous. » Pour ce concert, Gims a pourtant fait simple. La scénographie n’a rien des décors grandiloquents de Soprano ou de Booba à l’U Arena de Nanterre. Il n’y a guère que quelques feux allumés de part et d’autre de la scène, et un écran vidéo géant qui diffuse le visage du chanteur et de ses nombreux invités. Les musiciens, les danseurs portent l’uniforme des pompiers de Paris, lui un pantalon en cuir clouté à la Johnny Hallyday. L’ensemble du spectacle porte sur la voix de baryton de Gims et sur la qualité de ses instrumentistes. Les musiciens, menés par le bassiste Franck Boom Jean, semblent pouvoir jouer tous les registres, de la rumba au flamenco en passant par le rap, et même accompagner le chœur des voix bulgares qui introduisent d’une jolie manière le titre La même.

Les membres de Sexion d’assaut défilent sur scène

Démarré sur les chapeaux de roues par le tube à la gloire des sapeurs zaïrois, Sapés comme jamais, le concert connaîtra pendant les deux heures et quart de sa durée peu de moments creux. Tout est bien rythmé, ponctué des visites surprises des invités : Kendji Girac pour un remix de Bella, le duo Slimane et Vitaa pour Hasta la Vista, le petit frère Bedjik pour Tu m’as dit, le rappeur marseillais Alonzo pour un titre avec Dadju Ma fierté ou bien encore Orelsan pour La nuit, c’est fait pour dormir, et même sa femme, devenue une star des réseaux sociaux, DemDem.

Mais le moment le plus fort du concert reste cet instant où son public a cru que la Sexion d’assaut se reformait sous ses yeux. Chaque membre du groupe est apparu, au compte-gouttes, pour interpréter leurs premiers succès : Disque d’or avec d’abord Barack Adama, J R Ochrom ; Lefa pour Ma direction et Masta pour Désolé. En revanche, Black M, l’autre poids lourd du groupe, qui vient de publier lui aussi son troisième album solo, Il était une fois, manquait à l’appel. Le moment aurait pu être magique et sceller la reformation d’un groupe qui a donné une direction plus pop au rap français de ces dernières années. Mais la brouille entre son ancien label, Wati B, et Gims semble durer. Le chanteur, ses lunettes toujours sur le nez, excusera pourtant son ami d’un simple : « Black M n’a pas pu être là. »

Fidèle à son leitmotiv « Je ne suis pas un rappeur », qu’il arbore fièrement sur ses tee-shirts pendant ses interviews télévisées, Gims clôture son concert par un répertoire plus variété française, notamment avec son duo avec Vianney, La même.