Ultimate magazine theme for WordPress.

Harouna KENEMA, le grand généalogiste du Boundou n’est plus

0

Parti au Sénégal pour des vacances, Harouna KENEMA est décédé à Tamba à 4h du matin dans la nuit du vendredi 17 juin au samedi 18 juin à la suite d’une courte maladie. Né le 03 avril 1952 à Sakho-counda dans le département de Goudiry de la région de Tambacounda, Harouna avait 70 ans.

Mais, qui était donc Harouna KENEMA dit Harouna Maabo ce grand généalogiste du Boundou établi à Paris ?

Pour répondre à cette question nous devons citer Amadou Hampâthé Bâ, ce grand penseur Africain.

Dans un discours prononcé en 1960 à l’UNESCO, Amadou Hampâthé Bâ disait qu’en Afrique quand un vieillard meurt c’est une bibliothèque qui brûle. Avec le décès de Harouna KENEMA, c’est l’une des plus grandes bibliothèques de généalogie du Boundou qui a brûlé paisiblement au petit matin entre vendredi et samedi. Harouna était un grand savant, fin connaisseur de l’histoire, de la culture, des traditions et de la généalogie du Boundou et des Boundounkés.

harouna kenema
Harouna Kenema, francenabé et grand généalogiste du Boundou

Harouna était un francenabé qui vivait au foyer des Amandiers dans le 20ème arrondissement de Paris et connaissait comme sa poche partout où vivaient les Boundounkés. Harouna était incontestablement, parmi ses contemporains, la plus grande mémoire de la généalogie des Boundounkés. Conteur, Harouna Kenema était un bon joueur du « hoddu » (instrument de musique chez les Haal-pulaar), et avait aussi une voix douce, éloquente, suave et était d’une grande sagesse. Harouna Kénéma était un homme généreux, sociable et d’une grande empathie.

Erudit musulman, Harouna était un homme pieux, humble, droit, avenant et d’une grande moralité. Harouna était un grand homme, non pas seulement par la taille mais aussi et surtout par le cœur et par la raison. IL était un homme dynamique et affable. Toutes ces qualités et bien d’autres, il les a utilisées pour servir avec abnégation la cause de l’histoire de la culture du Boundou et surtout de la généalogie des Boundounkés. Il était un homme bon, apprécié de tous et c’est naturellement avec une grande peine que nous avons appris son décès ce samedi matin.

Harouna était l’ami de tout le monde, c’est pourquoi, à l’annonce de son décès, c’est une foule immense qui a pris d’assaut Sakho-counda son village natal pour accompagner sa dépouille à sa dernière demeure. Ce jour-là, Sakho-counda si calme d’habitude, était trop exigu pour contenir toute cette marée humaine venue lui rendre un dernier hommage. La même scène s’est vérifiée au foyer des Amandiers du 20ème arrondissement de Paris où vivait Harouna et où Demba, son frère cadet recevait des messages de condoléances et de soutien.

Avec le décès de Harouna KENEMA, le Boundou et les Boundounkés perdent ainsi un digne fils du terroir, un pan entier de la mémoire de leur généalogie. C’est aussi pour cela que tous les francenabés du Boundou et plus généralement tous les Boundounkés furent éprouvés.

Allah dit dans son Coran, sourat (Al-Baqara) « Et très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants (verset 155) qui disent, quand un malheur les atteint : « Certes nous appartenons à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons » (verset 156) ce sont eux sur qui sont les bénédictions et la miséricorde d’Allah. Et ce sont ceux qui sont (justement) guidés (157) ».

« Ina Lilahi Wa Inna ilayhi Rajioun » Al-Baqara verset 156, c’est à Allah que nous appartenons et c’est vers Lui que nous retournerons.

Repose en paix Harouna au paradis céleste le plus haut, cher soldat de la généalogie.

Depuis Paris,

Kaaw Sadio, Mawlana COS AL-Kharessi. 

laissez un commentaire