Hôpital de Richard-Toll : la réponse du directeur à ses accusateurs…

Les travailleurs de l’hôpital de Richard-Toll ont manifesté dernièrement pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail, accusant notamment la direction de l’établissement, de mauvaise gestion. Ces derniers avaient listé, entre autres griefs, les primes de motivation non payées, les cotisations à l’Ipres non versées, des retards de salaire ou encore un équipement obsolète.

Des accusations auxquelles le directeur de l’hôpital, Moussa Sène, a répondu. « Quand je suis arrivé ici, il y avait 10 mois d’arriérés pour les primes de motivation. J’ai payé celles de 2017 et de 2018 et on continue de payer pour le reste. Je n’avais trouvé qu’un million de francs dans les caisses pour les salaires et j’ai quand même pu payer et on paie toujours les salaires.

Ce qu’il faut dire, c’est que la masse salariale a doublé, parce que l’hôpital est passé de 46 agents à 135 agents. Je me bats pour augmenter les ressources. De 80 millions de subvention, on a pu avoir 93 millions maintenant », a-t-il indiqué sur la RFM.