Ultimate magazine theme for WordPress.

Ibrahima Sène : « Les deux coalitions de l’opposition aux élections locales présentent un lourd handicap »

Ibrahima Sène du Parti de l'indépendance et du travail (PIT)
0

Secrétaire chargé des Affaires économiques au niveau du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT), Ibrahima Sène ne fait pas dans la langue du bois. Il a le mérite d’affirmer haut et de défendre ses positions. Dans une interview par mail qu’il nous a accordée, il y a quelques semaines, il se prononce sur certains sujets de l’actualité nationale.

Au niveau de l’opposition, deux grandes coalitions ont été formées pour affronter la majorité présidentielle aux prochaines élections locales de janvier 2022. Quelle lecture en faites-vous ?

Ce n’est pas nouveau. A la présidentielle de 2019, la majorité présidentielle faisait aussi face à deux puissantes coalitions, que sont Idy Président et Sonko Président. Ces deux coalitions avaient l’avantage d’être unies chacune autour d’un leader, alors que les deux nouvelles coalitions sont hétérogènes et feront face, chacune en ce qui la concerne, au défi de cohésion face aux candidatures dans les différentes localités. Ce défi est beaucoup plus énorme pour elles que celui dont fait face la majorité présidentielle, puisqu’il s’agit pour elles de surmonter la répartition des collectivités locales en leur sein, mais aussi, de se positionner en perspectives des Législatives et de la Présidentielle. Les grands leaders de ces coalitions estiment que leurs poids individuels dans les collectivités locales conditionnent leur capacité à se présenter à la Présidentielle de 2024. Ces deux coalitions partent donc avec un plus lourd handicap que celles qui, à la Présidentielle de 2019, nous faisaient face.

Ne pensez-vous pas que c’est cette même dynamique unitaire qui animera l’opposition lors des élections législatives qui se tiendront au cours de cette même année 2022 et que c’est une menace qui se constituerait pour le régime ?

Ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Leur capacité d’aller ensemble dans ces deux coalitions respectives,  dépend de ce qui adviendra d’elles aux Locales.

De plus en plus, dans la plupart des localités, les populations sont en colère contre le pouvoir face aux nombreux litiges fonciers observés. Ne pensez-vous pas que ça risque de devenir une bombe contre le pouvoir ?

C’est faire de l’amalgame entre autorités locales qui font face aux problèmes fonciers qu’elles ont créés, et le pouvoir, qui, au contraire, fait jouer le droit pour répondre aux colères de ces populations. En effet, combien de Maires sont trainés en justice et condamnés ? Comme de délibérations des Communes ont été annulées par le pouvoir pour restituer les terres aux populations ? Donc, contrairement à ta question, les populations font recours à l’Etat pour régler les conflits qui les opposent aux Maires. Donc croire qu’elles en veulent à l’Etat à cause des conflits fonciers, c’est se tromper lourdement. D’ailleurs, le Chef de l’Etat a décidé d’interdire toute transformation de bail dans les terres du Domaine national en titre privé foncier, contrairement aux recommandations de la « Commission Nationale de Réforme Foncière ». Mieux, pour mettre fin aux attributions abusives pour brader de milliers d’hectares à un demandeur, il a plafonné à 25 hectares, ce que les Conseils municipaux peuvent attribuer, et à 50 hectares, ce que les Sous- Préfets peuvent ratifier. Donc, sur la gestion du foncier, les populations ne peuvent pas être mécontentes du pouvoir qui protège leurs intérêts en appliquant la Loi.

L’actualité, ce sont des députés de la mouvance présidentielle dont les noms ont été cités dans des affaires de trafics de visas et de passeports. Ne pensez-vous pas que cette histoire mérite d’être tirée au clair, d’autant qu’on a vu deux militants activistes connaître la prison pour des faits similaires ?

Il faudrait ici aussi, éviter de faire des amalgames. Des Députés ont été accusés de trafics de passeports diplomatiques, et non de visas, qui sont reprochés à des activistes. La procédure judiciaire contre les Députés qui bénéficient d’immunité parlementaire, est différente de celle appliquée à de simples citoyens, fussent-ils des activistes. Les Députés seront entendus par la Justice dès que leur immunité parlementaire sera levée ; ce qui ne saurait tarder. Si,  par la suite, les faits dont ils sont accusés sont avérés au niveau de la Justice, ils subiront le même sort que les activistes

Ne pensez-vous que les nombreux scandales que connait l’Assemblée nationale, notamment l’affaire Boughazelli, celle de trafics de visas et de passeports ainsi que les injures et bagarres que se livrent incessamment les députés, ne risquent pas de jeter le discrédit sur cette institution ?

Incontestablement, cela discrédite l’Assemblée nationale, et impose aux partis politiques d’être plus regardants quant au profil des candidats qu’ils parrainent à la députation.

laissez un commentaire