Institut Islamique de Dakar…Un DG à la retraite sème la terreur

L’institut islamique de Dakar, créé en 1974 et situé dans l’enceinte de la grande mosquée risque de connaître des remous ces jours-ci. En effet les syndicalistes de ce centre d’enseignement et de recherche sur l’islam menacent de se faire entendre. Ce pour fustiger la gestion opaque et familiale du Dg mais aussi l’affectation « illégale » de trois (3) agents par le redoutable DG Thierno Ka qui dirige de main de fer ce fleuron de l’enseignement islamique du Sénégal.

Des agents affectés illégalement…

La découverte d’une gestion opaque et familiale de l’institut islamique par le Directeur Général Thierno Ka serait à l’origine de l’affectation forcée et illégale de trois professeurs d’arabe.

Selon des informations obtenues par xibaaru, de sources sûres, le Directeur général de l’établissement, en l’occurrence Thierno Kâ, avait demandé, en Octobre 2017, à ce que les nommés, Ibrahima Kâ, Coumba Cissé et Moustapha Samb, professeurs à l’institut Islamique de Dakar, soient remis à la disposition de la Direction des ressources humaines (Drh) du ministère de l’éducation pour affectation manu militari dans des centres islamiques très éloignés de Dakar ; et tout cela avec une procédure totalement illégale et inconnue des syndicat de l’enseignement. Le seul tort selon notre source, est que ces « agents malheureux » avaient certaines divergences avec le Directeur Général par rapport à sa manière de gérer l’établissement.

Selon notre interlocuteur, le directeur général Thierno Kâ, considérait ce haut centre de recherche islamique comme une affaire familiale. « Il ne recrutait que des membres de sa famille ou ses voisins, une pratique que ces trois agents ont fustigée et qui leur a valu cette affectation », confie notre source.

Le DG Thierno Ka, protégé en haut lieu

Des syndicalistes ne cessent d’exiger son départ pour des raisons liées à sa gestion:

«Depuis la nomination, en 2012, de Thierno Kâ comme Directeur général, l’Institut islamique de Dakar ne cesse de se dégrader à cause du népotisme, des recrutements et une gestion claniques entre autres, régis en règle»  avaient déclaré  auparavant les enseignants affiliés au Cadre unitaire des syndicats des enseignants du moyen-secondaire (Cusems).

Ils avaient même exigé « le limogeage du Directeur général de l’Institut islamique, Thierno Kâ, qui, à leurs yeux, symbolise l’origine de tous les maux de leur lieu de travail ». Mais jusqu’à ce jour rien, et le ministre ferme toujours les yeux sur ce qui se passe.

Aujourd’hui, plusieurs agents de l’institut islamique et les syndicalistes soupçonnent le DG Thierno Kâ d’avoir un « protecteur caché » du côté de la présidence. « Il devait aller à la retraite depuis 2015 et pourtant il est toujours maintenu comme directeur général de l’institut. Il fait ce qu’il veut dans la gestion et chasse tous ceux qui se dressent contre lui. Et comment se fait-il que le ministère de l’éducation n’ait pas cherché à connaître le fond du problème ? Mais il a préféré affecter ses agents sans pour autant connaître les véritables raisons de ces affectations », s’interrogent les syndicalistes.

Les agents qui ont regagné leurs nouvelles affectations sans rechigner ont déposé des recours au niveau de leur ministère de tutelle pour contester cette décision mais c’est sans suite. « Nous en tant que syndicaliste avions rencontré Serigne Mbaye Thiam et l’ancien premier Ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne qui avait ordonné, d’ailleurs et trois fois de suite, à son ministre de l’éducation de l’époque de rétablir les agents à leurs postes. Mais rien n’a été fait », se désole notre interlocuteur.

Le DG de l’Institut islamique raccroche au nez

Joint au téléphone par xibaaru, le directeur général, Thierno Kâ renvoie l’affaire au ministère de l’éducation. « Si vous voulez des informations sur cette affaire allez au niveau des services du ministère en charge de l’éducation nationale c’est à eux qu’on a rendu les affectations de ces trois agents depuis 2018. Cette histoire est finie pour moi depuis cette année », martèle-t-il au bout du fil. « Ce dossier est classé vous n’avez plus le droit de faire un article dessus », nous lance le directeur Thierno Kâ, avant de nous raccrocher au nez.

Le ministère de l’éducation sous silence

Depuis l’arrivée de l’actuel Ministre de l’éducation, Mamadou Talla, rien de concret n’a été fait. Et toutes nos tentatives d’entrer en contact avec les services du ministère de l’éducation nationales sont restées vaines.

D’ailleurs les syndicalistes soupçonnent l’ancienne équipe du Ministre Serigne Mbaye Thiam d’être à l’origine de ce blocage au sein dudit ministère.

Colère des Syndicats

Les syndicalistes de leur côté n’en peuvent plus d’attendre. Ils menacent de se faire entendre. « Le ministre Mamadou Talla nous avait demandé du temps et nous lui en avons accordé. Mais c’est bientôt la rentrée et si d’ici là rien n’est fait on se fera bien entendre », préviennent-ils.

Les autorités étatiques, au plus haut sommet, sont interpellées pour régler cette situation qui risque d’entacher ce haut lieu de la formation en Islam qui a vu défiler les grands érudits de ce pays.

Niakaar Ngom pour xibaaru.sn