Ultimate magazine theme for WordPress.

« Kaccoor Bi » brûle la charte de la non-violence et tance l’Etat

Des scènes de manifestation au Sénégal pour la libération de détenus politiques et la mal gouvernance
0

DUPLICITE SUR LA NON-VIOLENCE

Ou bien le sieur Anthony Blinken est borgne ou bien il se fiche éperdument de notre gueule. A moins qu’il ait voulu faire dans la diplomatie dès lors qu’il invite le Chef à continuer à protéger les libertés et à offrir des espaces d’expression aux différentes opinions.

Toutes choses qui font défaut dans ce charmant pays où le Chef ne cesse de bander les muscles face à son opposition. Déjà qu’il se prépare à la guerre, dotant ses forces de répression de toute la logistique nécessaire pour mater tout esprit récalcitrant qui ne penserait pas comme lui. Et suprême idiotie, ses préfets sont en train de défier la Justice poussés en cela par un ministre, lui-même de la magistrature.

Dans une situation pareille, faire signer une charte de la nonviolence à l’opposition, c’est insulter l’intelligence des gens ou carrément se suicider et laisser un large boulevard à ces gens sans loi ni foi qui laissent leurs milices bastonner d’honnêtes citoyens dont le seul tort est de ne pas penser comme eux.

Cette charte, donc, nous parait être de la foutaise. Ni plus ni moins. Ses initiateurs savent bien qui use et abuse de la violence. Ils savent également que ce n’est pas une signature qui garantirait la paix. Sinon, le monde dans lequel nous vivons serait un paradis. Ne pas signer ne fait pas non plus de ceux qui refusent de parapher cette charte attrape-nigauds ou piège à cons des va-t-en guerre face à un pouvoir arrogant qui use de duplicité et dont les actes vis-à-vis de son opposition ne sont jamais sincères.

Cette charte, c’est du foutage de gueule. Ce serait mieux de ne pas la signer que de faire dans la duplicité. Vouloir faire croire maintenant que ceux qui refusent de signer ce bout de papier font l’apologie de la violence, c’est prendre les gens pour des idiots La seule charte de la non–violence qui vaille, passe par un véritable Etat de droit. Ce qui est loin d’être le cas, quoiqu’en pensent les flagorneurs du Chef.
KACCOOR BI, Le Témoin

laissez un commentaire