Karim Wade : A lui seul appartient le pouvoir

Malgré son âge, Karim Wade est toujours porté comme un enfant gâté par son père Me Abdoulaye Wade. Alors que ce dernier ainsi que ses compagnons subissaient toutes les rigueurs d’opposants au régime du Parti socialiste (PS), lui Karim Wade se la coulait douce dans son confort à Londres. Il passait à l’époque sous l’anonymat. Son père, Me Abdoulaye Wade au pouvoir, le voilà qui est subitement, (brutalement) puissant. Au Sénégal, il fallait véritablement se courber les échines devant lui, lorsque son père était Président de la République, pour bénéficier de certains privilèges. D’ailleurs Karim Wade ne connaissait qu’un seul langage face à tous ceux qui osaient se dresser sur son chemin. C’était : « Je vais te détruire ».

Karim Wade, après la perte du pouvoir par son père qui l’avait désigné éperdument comme son successeur à la tête de l’Etat du Sénégal, a été jeté en prison pour enrichissements illicites, avant de bénéficier d’une grâce présidentielle. Depuis, il se la coule douce au Qatar, alors qu’il fait toujours l’objet de poursuites au Sénégal, pour paiement de dommages et intérêts.

Karim Wade ne pense pour l’instant revenir au Sénégal. Il préfère mieux, depuis son « exil doré » à Doha, jeter les pions afin de mettre la mainmise sur le Parti démocratique sénégalais (PDS). Une étape pour réclamer le suffrage des Sénégalais et accéder au pouvoir.

Tout ceci relève d’un rêve. Karim Wade a beau, depuis le Qatar, mettre ses pions, placer qui il veut au PDS, pourvu qu’il soit son garde chiourme, il y a une pièce qui manque dans son jeu. Il sait mieux que quiconque, et il n’ose sur ce plan affronter le régime en place, c’est de revenir au Sénégal. Comme le disait l’autre, Karim Wade continuera toujours de se comporter en « fils gâté de son père ». Tout doit lui tomber dans son berceau comme cuillère « d’or ». Comme c’est beau le temps quand on est fils de Me Abdoulaye Wade.

La rédaction de Xibaaru