La Chambre Africaine de l’énergie invite les entreprises américaines à…

La Chambre africaine de l’énergie mène un dialogue entre les États-Unis et l’Afrique au cours de la 49 conférence annuelle de l’Association internationale des entreprises de la géophysique l'(AICG)

La Chambre africaine de l’énergie participe à la 49e Conférence annuelle de l’Association internationale des entreprises de la géophysique (IAGC)

La Chambre est déterminée à encourager une plus grande participation des entreprises américaines dans le secteur énergétique africain.

Avec pour mission d’attirer plus d’explorateurs américains dans l’industrie pétrolière et gazière africaine, la Chambre africaine de l’énergie a lancé des discussions clés sur la promotion d’une collaboration plus poussée entre les États-Unis et l’Afrique alors qu’elle participe cette semaine à la 49e Conférence annuelle de l’IAGC à Houston, au Texas.

En exécutant cette mission, la Chambre aux côtés de l’IAGC reconnaît la nécessité pour l’Afrique de stimuler les activités d’exploration onshore et offshore et de faciliter l’accès aux dernières technologies géophysiques et aux meilleures pratiques de l’industrie. De plus, les deux parties reconnaissent l’importance de soutenir le développement du contenu local et d’unir leurs forces pour promouvoir les investissements, les partenariats internationaux et les transferts de technologie.

Au-delà de l’exploration, une opportunité non négligeable pour la croissance de la coopération énergétique américano-africaine réside dans le gaz naturel. Alors que l’Afrique s’appuie de plus en plus sur le gaz pour alimenter ses industries et générer de la croissance économique et de la valeur locale, le capital et la technologie américains dans le domaine du l’électricité à partir du gaz et de la monétisation et des dérivés du gaz peuvent apporter d’énormes avantages au continent. L’expertise, les technologies et les politiques américaines en matière de gaz naturel pourraient soutenir de manière significative la transition énergétique de l’Afrique si elles étaient correctement partagées et transférées.

« Nos conversations aux États-Unis avec les acteurs du pétrole et du gaz ici sont très positives, et nos entretiens avec le gouvernement américain ont encore montré la nécessité d’approfondir les liens dans le secteur de l’énergie, en particulier avec le secteur privé », a déclaré Verner Ayukegba, vice-président de la Chambre. « La conclusion d’accords et de contrats a été la clé de notre visite ici. La présence de la Chambre à Houston est un engagement solide pour un nouveau contrat énergétique avec l’Afrique. La Chambre a accepté de mener diverses initiatives en Afrique avec des entreprises américaines pour apporter des capitaux et des capacités techniques qui amélioreront la croissance africaine », a-t-il ajouté.

Bien que l’Afrique dispose de vastes ressources pétrolières et d’un environnement commercial en pleine croissance, la Chambre reconnaît que le continent a encore un long chemin à parcourir pour réaliser son plein potentiel. Une partie de la solution consiste à garantir que l’environnement commercial reste attrayant pour les entreprises américaines, en veillant à ce qu’elles non seulement investissent dans les marchés africains mais y poursuivent aussi leurs activités sur le long terme. Alors que des pays africains comme l’Angola, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Sénégal, l’Égypte, le Nigéria et le Ghana voient déjà une augmentation des investissements américains, la Chambre estime également qu’il faut faire plus sur les investissements de taille moyenne.