La mauvaise affaire des avocats de…Khalifa sall

Affaire Khalifa Sall : Le tintamarre inutile des avocats de l’ancien maire de Dakar

L’ancien maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall hume l’air de la liberté. Il se retrouve à présent auprès de sa famille, plus précisément auprès de sa maman qui a tant souffert de son emprisonnement. Ils ont été nombreux les Sénégalais, même des étrangers qui durant tout le temps de l’emprisonnement de Khalifa Ababacar Sall à demander sa libération. Non pas, parce que son emprisonnement était injuste sur le plan purement judiciaire, mais Khalifa Sall a fait les frais de ses positions politiques. L’ancien maire de Dakar était devenu un homme à abattre, depuis qu’il a osé se déclarer candidat à l’élection présidentielle.

Les Sénégalais patriotes, les étrangers démocrates qui se sont mobilisés durant tout le temps de son emprisonnement ne peuvent que pousser un ouf de soulagement. Mais, il y a que cette libération de Khalifa Ababacar Sall ne fait pas l’affaire de tout le monde. Ce qu’il y a du cynisme dans ce monde. Au lieu de se réjouir de cette libération de Khalifa Ababacar Sall, en attendant d’engager l’autre front pour sa réhabilitation totale, les avocats de l’ancien maire de Dakar se mettent à tirer dans toutes les directions. Ce qu’il faut dire, c’est que si Khalifa Sall a subi des déboires pour connaître pendant si longtemps un emprisonnement, la faute revient grandement à ses avocats. Des avocats qui douteusement savent faire du bruit, et ne se constituent que dans des dossiers où ils sentent la bonne affaire. Retenez qui étaient les avocats de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, lors de l’affaire des chantiers de Thiès, qui se sont constitués sur l’affaire Karim Wade, et retrouvez les mêmes dans le dossier Khalifa Ababacar Sall.

L’ancien maire de Dakar sait très bien qu’il est loin d’être au bout de son combat. Mais, a-t-il besoin de la méthode utilisée par ses avocats qui finalement sentent la bonne affaire les échapper avec la libération de Khalifa Sall dans les conditions qu’on connait. Ils auraient bien aimé continuer à recevoir toujours des honoraires de leur client, alors que la pente qu’ils empruntaient étaient loin de conduire à la libération de ce dernier.

La rédaction de Xibaaru