Ultimate magazine theme for WordPress.

La SYSC exige la criminalisation du viol et de la pédophilie

0

SYNERGIE DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE – SYSC

La Synergie des organisations de la société civile pour l’élimination des violences basées sur le genre – SYSC  s’élève contre le viol et condamne !

A l’instar de la communauté mondiale, le Sénégal célèbre les 16j d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles. Cette année le thème national met le viol au banc des accusés.

Le viol, cet affront inqualifiable à la personne. Cet acte barbare contre la dignité de la personne. Cet acte terrible, effroyable et ignoble.

Le viol ne connait pas d’âge. Il ne fait pas la différence entre un enfant à peine sorti de la puberté, une fillette, une personne âgée. Il ne se soucie pas d’une personne dans l’extrême vulnérabilité, en situation de détresse ou dans l’incapacité physique ou mentale.

L’inquiétude porte sur l’âge de plus en plus précoce de l’auteur du viol et sur l’âge de la victime entre 14 et 30 ans.

On viole et on tue ensuite. On tue également quand on échoue dans sa tentative parce que la victime s’est farouchement opposée pour ne pas être souillée et subir l’opprobre.

Très peu de femmes et de filles victimes de viol ont échappé à la mort.

668 cas de violences sexuelles sur des mineures entre 2017 et 2018 : attentats à la pudeur, attouchements, viols et tentatives de viols. 706 femmes sexuellement agressées à la maison, en rentrant du travail, dans la rue. Entre janvier 2019 et novembre 2019, 14 femmes tuées dont trois mineures entre 11 et 16 ans, 2 femmes étaient en état de grossesse.

Le viol dans toute son atrocité et son cynisme, laissant sur son passage un corps ensanglanté, déchiré, déchiqueté, une vie détruite.

Les cas avérés sont très en deçà des cas réels. Les violences basées sur le genre se réglent encore sous la couverture du nëp nëpel, da la maslaha, du traitement à l’amiable, avec condamnation de la dénonciation ou du témoignage.

La société civile s’indigne vivement et demande :

  • L’accélération du projet de loi sur la criminalisation du viol et de la pédophilie, avec des circonstances aggravantes lorsqu’une personne influente cherche à infléchir la décision de justice.
  • La lutte contre l’impunité par une application effective de la loi.
  • Une allocation d’au moins 5% du budget national à la lutte contre les violences basées sur le genre, axée sur la prévention et la prise en charge des victimes de violences.
  • Le renforcement de la sécurité et la protection de la sphère domestique où se passent les pires formes de violences faites aux femmes et aux filles.
  • Des centres d’hébergement provisoire, de secours d’urgence, de soins et de refuges pour les femmes et les filles victimes de violences.
  • L’implication des hommes et des garçons, des autorités traditionnelles et religieuses. L’élimination des violences basées sur le genre c’est l’affaire de toute la société.

Madame Penda Seck Diouf

Coordonnatrice nationale de la SYSC

laissez un commentaire